28/12/2017

MTB Toertocht, Ottenburg (11/11/2017)

Retour de la boue aujourd’hui lors de la rando d’Ottenburg.  La météo n’était pas top, et il fallait être courageux pour sortir, car la pluie était au rendez-vous en ce début de matinée.  Pour ma part, je suis parti un peu plus tard, un peu après 11h, l’heure de la clôture des inscriptions, et du coup je n’aurai pas eu une seule goutte de pluie.  Le parcours nous conduira dans un premier temps dans la vallée de la Dyle coté brabant Wallon.  Après un premier single track boueux, légèrement glissant avec quelques passages légèrement techniques le long du bois de Laurensart, le ton est donné et nous voilà donc dans la vallée de la Dyle.

zbtZfaQhT1eF-ysw_Suj08oU7r_LYC16z8IPwW4AUfA-2048x1171.jpg

On se dirige alors vers Gastuche pour ensuite prendre la direction d’Archennes.  Ici le parcours va reprendre un peu d’altitude afin d’atteindre le plateau entre Archennes et Nethen.  On traverse essentiellement des chemins agricoles boueux, mais encore assez roulant.  Arrivé à Nethen, on enchaine sur deux petits raidillons avant d’avoir une petite descente raide et légèrement technique et glissante avec la boue.  Après le franchissement d’une petite colline, nous arriverons à Pécrot.  Le parcours va à nouveau devenir un peu plus boisée alternant sentiers plus larges et singles tracks.  Nous allons à nouveau repasser en territoire flamand en empruntant plusieurs kilomètres de plat.  Après une petite bosse, on descendre par un single track boisé afin d’aller rejoindre la vallée de la Ijse, vallée bien connu par le vététiste locaux.  Pendant 6 km, nous irons jouer sur les flancs de collines bordant cette petite rivière.  On enchaine quelques petites côtes et descente en single, par moment légèrement technique et juste pas trop boueux histoire de bien s’amuser.  Le Magrijsbos à quant à lui été décoré de scène d’horreur, car une école y prépare leur traditionnel balade nocturne d’Halloween, qui précisons et déjà passé.

20171111_125233.jpg

On quittera alors la vallée de l’Ijse direction Duisburg où on va essentiellement retrouvé les champs et le second ravitaillement.  Le parcours se montre un peu moins vallonné avec des pentes moins longues et moins raides.  Alors qu’on contourne Huldenberg en direction d’Overijse où on retrouve la Ijse, on a droit à une petite portion de pavé avant de s’attaqué à un raidillon technique caché dans un petit sous bois.  Du à la boue,  je devrai tout de même mettre un pied à terre afin de pouvoir atteindre le sommet de ce petit raidillon.  La fin de parcours nous offrira encore quelques portions boisée et deux belles petites bosses.  Dommage que la dernière se fasse sur route, car je pense qu’il y avait possibilité de grimper en parallèle sur une partie off road.  Ca fut en tout cas une belle sortie sans pluie mais avec juste assez de boue pour bien s’amuser.    (Distance: 53 km; Durée: 02h33; Moyenne: 20,8 km/h; D+: 740m)

10:58 Écrit par Camille dans Rando vtt | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

27/12/2017

Sunparks MTB Weekend, Mol (04/11/2017)

Nouveau rendez-vous ce matin avec Kris.  Aujourd’hui c’était à Mol qu’on s’est rendu pour la longue distance de 105 km.  La pluie annoncé est absente et s’est un ciel bleu qui va en grande partie embellir cette journée.  Une fois inscrit, on n’est directement lancé sur des singles track slalomant entre les différents lacs: Le Put van Rauw, le Zilvermeer et le Kanaalmeer.  Ce dernier annonce la suite.  On va emprunter pendant 5 km les sentiers, singles track qui longe le canal Bocholt Herentals.  On bifurquera ensuite afin de longer canal de Beverlo en empruntant un petit single track sinueux.  Le début et un petit raidillon et lorsque le biker derrière Kris et bloque provoquant l’arrêt des autres bikers, c’est qu’il faut accélérer ensuite pour reprendre Kris.  Il faut dire que les deux premières heures il maintiendra un rythme soutenu, digne d’un marathon.  On continue par la suite sur une partie boisée avant de continuer sur une longue partie d’asphalte.  Heureusement le vent n’est pas trop fort mais tout de même légèrement de face.  Après quelques kilomètres, on retrouve les parties boisées et les sentiers offs road.  Le parcours est loin d’être laçant.  Même si celui-ci est plat, on alterne sentiers larges et singles sinueux dans un décor boisé.  Après 26 km, nous voilà au premier ravitaillement au pied d’un moulin.

2017-12-27 07.04.20_1514354921537.jpg

On fait vite le plein et on repart dans le Kattenbos.  Ici on aura une succession de quelques raidillons où Kris n’hésite pas à hausser le rythme. Bloqué par un biker mettant pied à terre dans un raidillon, Kris maintien le rythme.  Je devrai à mon tour hausser le rythme afin de pouvoir aller le reprendre, mais c’est à cet instant que je sens mon pneu avant devenir mou.  Je m’arrête brièvement pour jeter un œil, mais tout à l’air normal.  Entre temps, Kris ne me voyant plus est revenu sur ses pas et nous continuons ensuite sur un single bordant un cimetière militaire allemand.

2017-12-27 07.06.15.jpg

Le calme y est complet et les couleurs d’automne prennent éclat sous les rayons de soleil.  On continue à enchainer single et sentier large le tout dans un décor boisée qu'on ne quitte quasi plus.    Après 55 km, on aura le second ravitaillement.  Celui-ci est vraiment triste et j’ai bien fait de prendre une gaufre dans ma poche au premier ravitaillement.  On aura que de l’eau et boisson énergétique.  On repart quasi aussi vite qu’on y est arrivé est très vite on est à nouveau sur un single track boisée.  Quelques coureurs en cyclocross tente de s’accrocher, mais en vain, et ce même si notre rythme va baisser d’un cran.  Après avoir traversé Balendijk, on va rejoindre un petit groupe de bikers qui se trouvent à l’arrêt au feu rouge.  Lorsqu’il passe au vert, avec Kris on passe devant et on fait bien car on pénètre dans un petit sous-bois en empruntant un single track.  Derrière ça s’accroche.  Ensuite, dans une longue ligne droite en direction du canal Bocholt - Herentals.  Un bikers passe devant et pousse fort.  Je m’accroche mais je dois aller loin pour pouvoir rester dans sa roue.  Derrière par contre, ça décroche et je ralenti un peu avant de rejoindre les rives du canal.  Après à peine un km, on quitte déjà les rives pour s’enfoncer dans une belle petite boucle boisée.  La végétation nous rappelle qu’on est bien en campines.  Sol sablonneux, tourbières, …  Le tout continuant à alterner sentiers larges et singles tracks.  Après 10 km, on est à nouveau le long du canal où se trouve le troisième ravitaillement, ravitaillement où on passera deux fois.  Quelques km plus loin, on fera un petit écart afin d’effectuer une petit boucle de 5 km avec le contournement d’un lac offrant quelques beaux point de vu, surtout avec le soleil.  Ensuite, on va longer le canal pendant 14 km.   Les arbres le long du canal offre des belles couleurs d’automne, dommage que le soleil s’est entre temps caché derrière les nuages.  Au km 90, dernier ravitaillement.  On va ensuite se lancer sur un single track de plus de 7 km!  Malheureusement les 4 dernier km seront au ralentit.  Bouchon oblige!  Même si de temps en temps on arrive à trouver un endroit pour dépasser le biker devant nous, cela ne change pas vraiment grand-chose.  Arrivé au canal de Beverlo, on va à nouveau longer celui-ci avant de se faufiler entre deux lacs.  J’augmente à nouveau un peu le rythme car mon GPS est plat et voudrait boucler les 105 km avant qu’il ne se coupe.  Le parcours toujours boisée nous conduit vers le Put de Rauw qu’on va longer pendant 3 km, les 3 derniers km que mon GPS n’aura pas enregistré.  Superbe parcours très boisé et amusant, avec malgré quelques endroits où on passe et repasse un fléchage impeccable.   Merci à Kris pour la compagnie.  (Distance: 105 km; Durée: 04h23; Moyenne: 24 km/h; D+: 570m)

07:32 Écrit par Camille dans Rando vtt | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

26/12/2017

Onze Hoonderd, Turnhout (14/10/17)

Rendez à Turnhout ce matin avec Kris afin de parcourir le parcours des 100 km vtt, la plus longue des distances.   Arrivé le premier sur place, j’aurai tout le temps de me préparer et d’aller m’inscrire où on ne se bouscule pas encore.  Une fois Kris sur place, et prêt, on quittera sur le coup de 08h30.  Très vite on sera plongé sur un sentier large off road direction le canal Dessel – Schoten.  Un canal qu’on va voir régulièrement durant la première moitié de la rando.  On  enchaine sur un petit single track ludique.  Petits virages courts, petites bosses, bref, on s’amuse déjà bien.   Et des singles track, il va y en avoir quelques-uns.  Le parcours continue alors essentiellement sur des sentiers larges, roulant et parfois sur un sol sablonneux, le tout étant bien sec.

uzCY57aaB9Hh3PK_-7Grg3dZJ87B9yl2J4eWnDKOpuE-2048x1152.jpg

La nature s’éveille petit à petit, et on aura quelques beaux tableaux niveau décors.  La lumière du soleil levant se créé un passage à travers les feuilles des arbres tirant des rayons très distinct dans une légère brume.  Une brume qui par endroit plane encore au-dessus des champs où les vaches s’aperçoivent à peine.  Le couleurs d’automne sont magnifique et la réflexion des couleurs dans l’eau calme du canal est tout simplement parfait.  Bref, même si le parcours est plat, les conditions font que le décor est tout simplement magnifique.  Notre petit duo traverse cette belle nature, essentiellement boisée et quasi pas de route, à un bon train.    Le parcours reste très boisé, essentiellement des sapinières, et après 24 km, on aura à nouveau un beau petit single track sinueux tracé à travers les hautes herbes.  Quelques petits virages légèrement relevés, quelques racines, …  Non pas qu’on n’a pas eu des single track jusqu’à présent, mais celui-ci sort un peu du lot par rapport à ceux qu’on a eu jusqu’à présent.  Et des singles track dans ce style-là, on va encore en avoir.  On va ensuite récupérer le canal Dessel – Schoten qu’on va suivre pendant 4 km.  Le premier ravitaillement se trouve le long du canal.  Une fois ravitaillé, on continue le  long du canal et un peu plus loin, un beau petit single.  On est un peu ralenti mais une fois sorti du single, on peut reprendre notre rythme.  Après une petite boucle de 7 km, on est à nouveau sur les rives du canal.  Pendant 7 km, on va à nouveau le longé.  Cela pourrait paraître lassant, mais un beau single vient casser la régularité du canal.  Par la suite, on aura bien une portion rectiligne.  Mais les couleurs de l’automne nous font oublier la monotonie qu’un pseudo halage peut provoquer.

150867375704518700_resized.jpg

On va par la suite plongé à nouveau dans un parcours très boisée.  Des kilomètres et des kilomètres d’off road.  Sentier large et single s’alterne en permanence et au km 54, on aura le second ravitaillement.  Le parcours continue dans les mêmes tons, et même si les dénivelés sont absents, le parcours est vraiment sympa.  Après les singles qu’on a eu au début à travers les hautes herbes, on va avoir quelques singles plus dégagé ou encore se faufilant à travers les tourbières.  Après un beau petit single, on n’ira effectuer une boucle contournant l’étang au lieu-dit « Beleven ».  Un superbe petit coin.  Entre temps, on reprend un biker roulant un poil plus lent que nous.  Roulant à 20 m devant nous, on revient sur deux cavalières qui s’engagent dans un chemin à droite.  Comme on prend à droite également, le biker devant nous tourne.  Et là, Kris et moi seront choqué par le comportement du biker devant nous.  Alors que les deux cavalières tente de se mettre un peu plus à gauche afin de laisser plus de place au biker devant nous, celui-ci n’attend pas et s’élance sur la droite à une allure bien trop rapide.  Un cheval est pris de panique lorsque celui-ci arrive à hauteur du cheval, et au lieu de s’arrêter il continue sur sa lancé.  Kris et moi s’arrêtons, et voilà que le cheval par au galop à travers les ronces et les arbres.  La cavalière chute et le cheval prend la fuite dans le champ en bordure du bois.  Heureusement la cavalière ne s’est pas blessé et le biker lui a tout simplement continué son chemin.  Quel c….. !  On s’excuse auprès de la cavalière pour se comportement irresponsable de se biker fou qui, précisé auprès de la cavalière, ne roule pas avec nous !  Après s’être rassuré qu’elle aye bien et avoir proposé notre aide afin de récupérer le cheval, on repart sur notre route.  Après 8 km, on reprendra se biker « fou ».  Après avoir traversé un fossé sur une poutrelle métallique, on continue sur un nouveau single track bien sinueux.  Une fois de retour sur sentier large, je me permettrai de faire la remarque au biker  « fou ».  Il a réagi de manière impartiale.  « Ok, ça va » était sa seule réponse !  P….  Après on s’étonne qu’on est plus les bienvenues dans les bois !  Au km 78, on aura le dernier ravitaillement.  Apres quelques derniers singles, et sentiers boisé, on va retrouver un paysage plus urbain.  On traverse Arendonk et on repart à nouveau dans une partie boisée direction Turnhout.  Un dernier single sinueux le long d’un terrain de bi-cross et nous voilà déjà de retour après 4h de vélo.  Une bonne organisation, fléchage impeccable et un parcours très sympa malgré l’absence de tout dénivelé, et surtout le plaisir d’avoir à nouveau fait une rando avec Kris.   (Distance: 100 km; Durée: 03h59; Moyenne: 25 km/h; D+: 150m)

14:20 Écrit par Camille dans Rando vtt | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

02/06/2017

Ucome2bike, Mechelen (07/05/2017)

En ce dimanche, j’ai décidé de participé à la rando « Ucome2bike » qui partait de Malines.  Une grosse organisation qui rassemble et organise des balades pour tout types de deux roues : Vtt, cyclo, moto…  Le grand parcours passant à quelques kilomètres de chez moi, je décide de partir de chez moi en vélo et avec mon Camelback histoire de pouvoir reprendre le contenu du goody bag qu’on reçoit à l’inscription.  En partant de chez moi, je m’offrirai les seuls bossent de la sortie, car le reste du parcours et aussi plat qu’une chemise repassée.  Je reprendrai le parcours à Grimbergen, non loin d'un chateau.

20170507_070805_1496421048059.jpg

Le parcours ne ferra ensuite contourner le Lintbos et Beigem par des sentiers off roads à travers les champs.  Le parcours sera ensuite un faux plat descendant direction Nieuwenrode.  On s’aventure alors sur un sentier traversant un verger.  Un peu plus loin, je surprends deux biches à l’entrée du ‘s Gravenbos.  Magnifique.  Une flèche mal placé me ferra prendre un mauvais chemin, mais de retour sur mes pas, je remets la flèche comme il faut et continue mon chemin.  Ici on traverse essentiellement les hautes herbes encore bien mouillé à cause de la rosée matinale.  Il est vrai qu’il est tôt et profite du calme et de la solitude sur le parcours où je serai le premier à poser mes roues sur cette partie du parcours.  Après avoir traversé Humbeek, on continue essentiellement sur des sentiers larges qui nous conduirons le long du canal.  On longera par la suite le Laarbeek par un petit single track recouvert par les hautes herbes.  Après 30 km et 1h20 de route, j’arrive au ravitaillement.  Les personnes sur places sortent à peine de leur camionnette et sont bien évidemment surpris de me voir.  Je recevrai néanmoins de quoi me ravitaillé avant de reprendre la route.  On enchaine sur un petit terrain de cross totalement inintéressant avant de reprendre une portion de route.   Je me tromperai une nouvelle fois, bien que…  Lorsque je reviens sur mes pas, la flèche indique tout simplement la mauvaise direction.  Etant agrafé sur un poteau en bois, impossible de la remettre.  Après une nouvelle petite portion à travers les hautes herbes, on retrouve une partie plus roulante le long de la Senne.  A Zemst on change de rive, et le hallage de type off road laisse place à un single track.  Dans un premier temps il sera bosselé.  On enchaine sur quelques virages relevés passant le long de la Chapelle ‘t Hammeken.

20170507_083244_1496421047748.jpg

On terminera cette partie le long de la Senne par un petit passage sur le terrain de trial, qui à mon sens n’est pas exploité au mieux.  Après m’être inscrit, On repart le long de la senne.  Après une petite boucle partiellement boueuse qui nous ferra faire un petit écart de la Senne,  on la rejoindra après un single track traversant une nature bien verdoyante parsemé de petite fleurs jaunes.  A Leest on passe sur l’autre rive pour aller en direction de Hombeek.  Cette fois je ne suis plus seule sur le parcours et 2 bikers me reprennent et je m’accroche à leur roue.  Un quatrième nous reprend et voilà qu’on forme un petit quatuor.  On reste essentiellement sur des sentiers larges et à la bifurcation, je serai seul avec un autre à continuer sur la longue distance.  Après une petite hésitation sur le fléchage, on effectue une petite boucle de même pas 6 km avant de revenir là où il y avait la bifurcation.  Le parcours est à nouveau plus roulant et le biker devant moi commencent à tirer.  Sur un parcours plat et mon mono plateau je mouline une fois les 38 km/h et dois le laisser filler lorsqu’on se retrouve le long du canal.  Mais à peine sur l’autre rive, je suis à nouveau dans sa roue pour un bon 4 km de halage sur un revêtement off road direction Humbeek ou est posté, pour moi, le second ravitaillement. Un long single track rectiligne nous conduit ensuite vers Grimbergen où je quitterai le parcours pour rentrer chez moi ramenant fièrement mon goody bag à la maison tel un chasseur ayant eu une bonne chasse !  A nous e.a. les Pringles, …  (Distance: 87 km; Durée: 03h34; Moyenne: 23,3 km/h; D+: 328 m)

18:38 Écrit par Camille dans Rando vtt | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/04/2017

Weekendhappening, Rillaar (08/04/2017)

Cela fessait longtemps, mais ce, soir je ne voulais pas laisser l’occasion s’échapper pour pouvoir faire une rando à deux.   Une rando organisée un samedi fin d’après-midi  jusqu’en fin de soirée.  On se rendait donc à Rillaar afin de parcourir la distance de 21 km.  On commencera par un single track roulant avant de retrouver notre petite bosse après un bon km et demi.

20170408_185300_1492012192253.jpg

Les jambes font déjà mal pour Katty, mais après quelques kilomètres plus loin elle commencera à se sentir mieux alors que moi j'ai de sensation de fringale!  Pendant 6 km, le parcours va alterner route, single track et sentier plus large sur un terrain très légèrement vallonnée.

20170408_191413_1492012126886.jpg

Le parcours est sympa et les arbres fleuris rendent le paysage encore plus colorés.

20170408_190832_1492012191588.jpg

On traverse essentiellement les champs mais on aura tout de même quelques portions boisées.

20170408_191533_1492012126625.jpg

Le parcours quant à lui reste accessible à tout le monde et n’est pas vraiment technique.  Après la traversé d’un dernier petit bois sur un single track au km 10, on se dirige alors vers le ravitaillement situé au km 12.

20170408_195028_1492012125954.jpg

Après une bonne crêpe et un petit verre de Jagermeister,  on repartira par la suite sur du plat, tout comme les derniers kilomètres.

20170408_192834_1492012126392.jpg

Le coucher de soleil qui est splendide, de plus que celui-ci donne sur une vaste pleine avec bon nombre de chevaux.  Les chevaux, on va pouvoir le ressortir car on s’attaque à nouveau à une belle petite bosse.  Alors que je pensais pouvoir voir une dernière fois le soleil, celui-ci sera cacher par les arbres, et après une descente légèrement technique, on se retrouve dans la vallée et on ne verra plus le soleil.  Une petite portion de route, et ensuite nous voilà au pied du Wijnberg.  Une forte côte nous attend et nous ferra atteindre un bois couvrant ce mont.  Les autres distances joueront comme il se doit sur les flancs exploitant bien les singles track sinueux et technique alors que le parcours de 21 reste sagement sur le haut utilisant un single track sinueux de plus de 600 m.   La progression est lente et donne donc l’impression que celui-ci est super long.  Tournant dans tout les sens, cela plaira moins à Katty.  Après une descente rapide, on aura 3 bons kilomètres de plat et de roulant.  Alors qu’on pense être arrivé, le parcours bifurque sur la gauche et on traversera une partie de Rillaar essentiellement sur des single track.  On traverse un quartier résidentielle où se trouve quelques modules sympa et alors que cette fois je pense que la boucle est bouclé, l’organisation nous réserve une dernière surprise.  Après un petit raidillon, on va grimper sagement à travers un petit bois par un single track en lacets.  Après 8 épingles à cheveux, on emprunte une dernière descente  légèrement cassante avant de retomber dans Rillaar.  Cela fut une belle et agréable sortie rien qu’à nous deux.  (Distance: 23 km; Durée: 01h45; Moyenne: 13,3 km/h; D+: 230 m)

 

20170408_190814_1492012191999.jpg

18:16 Écrit par Camille dans Rando vtt | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

06/04/2017

Heirnis VTT, Gentbrugge (14/01/17)

Pour ma seconde rando de l’année, c’est à Gentbrugge que je me rends, à quelques pas de Gand.  Le soleil est au rendez-vous, et il y a plus qu’à espérer qu’il n’y a pas trop de boue.  Très vite, le parcours nous conduit sur un single track traversant un petit bois en contre bas de l’autoroute.  De quoi nous rendre euphorique, mais celle-ci va vite baisser.  Le parcours emprunte essentiellement des portions de route entre coupé de quelques sentiers larges.  C’est après 11 km que le parcours va utiliser de plus en plus de sentier off road large.  On contourne Destelbergen et un single track nous fait contourner un premier lac, le Damvalleimeer.  On se dirige ensuite vers Heusden.  Une fois ce village traversé, un premier single très étroit et délicat car celui-ci est délimité par une clôture. On enchaine sur un second  single assez sympa et sinueux.  Après quelques passages plus larges, on arrivera au ravitaillement.  On continue sur des sentiers larges, mais ici, le parcours sera dans un premier temps plus boueux.  Le parcours reste dans le même ton.  Route, sentier large, champs et plat. On va chercher les rives de l’Escaut et, après une petite boucle, le parcours nous ramène quasiment au ravitaillement.  Le parcours se dirige ensuite vers Gentbrugge et après un dernier passage sur des pavés, on sera de retour.  Je repartirai ensuite sur le parcours des kids afin de faire 17 km en plus et de dépasser les 3h de vélo.  Une rando juste bon pour accumuler les kilomètres, sans plus.    (Distance:  71 km; Durée: 03h00; Moyenne: 23,7 km/h; D+: 105m)

15:47 Écrit par Camille dans Rando vtt | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Londerzeel

Aujourd’hui, une longue sortie au programme.  La rando de Londerzeel en partant de chez moi.  Une longue sortie en gr    and partie avec Dieter.  Une longue, car il me faut encore quelques heures afin d’atteindre mes 10h de vélo/semaine.  On s’était donnez rendez-vous au cimetière de Meise, où le parcours vtt de Londerzeel passe et qui est le point le plus proche de chez moi.  Directement je me lance sur des sentiers vtt afin d’aller jusqu’au cimetière de Meise.  Alors qu’hier le paysage était revétu d’une très fine pélicule de neige et le sol bien gelé, aujourd’hui c’est place au dégel et au fil des kilomètres, le parcours deviendra de plus en plus boueux et gras !.  Arrivé au cimetière de Meise, c’est avec Dieter que je repars sur le parcours de la rando de Londerzeel.  En tout, on roulera près de 60 km ensemble, bon pour 2h50 de plaisir et de bonne compagnie.  Le parcours nous conduit directement sur une première petite bosse boueu et gras.  Une courte descente sur route et on enchaine sur un petit raidillon avant de dévaler une petite descente légèrement technique partiellement caché dans une crevasse.  Après un petit plat, on enchaine deux bosses.  après la dernière bosse, on commence notre descente sur route avant de continuer sur une partie bien plus grasse et glissante.  Après une petite bosse, on entame un long faux plat descendant avant de retrouver la route qui nous conduira vers le ravitaillement. Après une petite pause, nous revoilà parti.  Le parcours se montre moins vallonnée.  Les côtes laissent place au faux plat.  Et on continue à emprunter essentiellement de sentiers larges traversant les champs et la campagne.  Ceci dit, on une petite descente technique suivi d’un petit raidillon viendront un  peu perturbé cette quiètude.  Deux petits bois bien exploité nous offrirons un petit single cassant bien notre rythme.  Celui-ci est sinueux et un peu glissant.  Par la suite, le parcours sera plat.  Le parcours alterne route et sentier off road et on ira recherche la vallée de la Grote Molenbeek, grand ruisseau qu’on va longer sur un sentier sinueux pendant 2 km.  On arrive alors à la brasserie Palm, mais pas de ravitaillement ici.  On continue sur notre rythme, un bon rythme sans se mettre dans le rouge.  On passe alors le long du château de Steenhuffel .  Ensuite le parcours reste assez sympa et après 44 km, nous voilà aux inscriptions.  Ensemble, on décide de repartir sur le parcours des kids, une boucle de 18 km.  Avec le dégel et les nombreux bikers qui sont déjà passé, le parcours se montre encore plus gras et glissant.  On continue sur un single track avant de poursuivre sur des sentier plus larges.  Après un petit single track dans un bois, on longe Londerzeel.  Un peu plus loin, caché dans le brouillard, un dame agé couché au sol, tombé en vélo.  On l’aide a se redressé en évitant de la salir de trop.  Une voiture s’arrête et le chauffeur propose de la conduire chez elle, mais celle-ci refuse et tente de repartir en vélo, mais voyant qu’elle ne sait pas remonter, elle décidera de continuer à pied.  Un peu avant Imde, on traverse un petit bois avec une belle petite chapelle caché  au milieu de celui-ci.

2017-04-06 15.30.09.jpg

On quitte Imde direction Steenhuffel par une portion de route.  D’abord un faux plat montant avant de continuer sur un faux plat montant.  On reprendra le parcours le long de la Grote Molenbeek.  A nouveau au départ, Dieter effectue encore un petit bout de chemin avec moi avant de se quitté.

20170108_123529.jpg

Je continue direction Imde où on traverse un petit coin de nature bien joli.  On contourne Wolvertem, et le parcours nous propose un premier faux plat montant.  Je sens que cela devient dur, surtout que je n’ai plus mangé depuis le premier et seul ravitaillement, et cela fait un petit temps que je suis également à sec.  Après une petite descente, un petit raidillon qui va faire mal.  Après une courte descente sur pavé, on enchaine sur une côte un peu plus longue.  La première partie sera parsemé de grosses pierres, alors que la seconde sera plus roulante.  Au sommet, on a une petit portion de route, histoire de reprendre son souffle avant d’enchainer une descente dont la partie du milieu est assez difficle à négocier.  Un grosse ornière profonde nous prive de rouler au milieu du sentier, et l’espace sur le bord de cette ornière et limité vu  qu’on longe une clotûre.  C’est faissable, mais avec la boue mettre pied à terre devient inévitable.  Cela se prolonge ensuite lors de passage de gros trous à diamètre large où on ne peut faire autrement que de suivre les ornières.  Cela pourrait passé, mais je sens que je commence clairement à manquer de lucidité et commet erreur sur erreur !  Je ne suis plus qu’à 10 km de la maison, mais cela va devenir les 10 km les plus dur que je n’ai jamais eu en vélo !  Ma boucle se termine par la traversé d’un champ bien boueu et gras.  Me voilà ensuite à nouveau au cimetière de Meise.  Au début je pensait continué un maximum sur des portions off road, mais comme je me sens de plus en plus mal, je décide de rentrer par la route.  Alors que je monte un long faux plat montant, je commence à voir des étoiles.  Le chemin me parait inconnu et je me retrouve avec un double sentiment.  Un sentiment qui me persuade que je suis sur le bon chemins alors que d’un autre coté je ne reconnais pas l’endroit.  De même lorsque j’arrive le long des rails de trams.  Alors que je sais que c’est le bon chemin, je suis pourtant quasi convaincu que les rails n’ont jamais été là.  Je m’arrête même car je me sens perdu.  La fringale et bien là, et n’ai plus le courage d’avancer.  Je m’arrête, regarde autour de moi, et me rend compte que je suis la route de manière instinctive sans reconnaitre les lieux.  Je sonne à Katty, mais Thibo dort et donc impossible pour elle de venir me chercher.  Il me reste même pas 5 km.  Je remonte sur mon vélo et un peu plus loin, je commence à aller de gauche à droite, comme si j’avais bu.  Au deuxième rond point, j’irai même tapé ma roue sur la bordure du rond-point.  Je m’arrête  à la boulangerie.  Je monte les marches comme un soulard, prend deux couques, un coca, et redescend les marches en me tenant bien à la rembarde, car mes jambes partent tout seuls dans tous les sens.  Je tiens à peine encore debout.  Je mange mes couques, bois mon coca et repart.  Heureusement, les 5 km, sont en faux plat descedant.  Les deux derniers kilomètres, je ne me souviens plus.  J’ai un trou noir !  Lorsque j’arrive à la maison, Katty m’attendais avec impatience.  Mon bain est coulé, et je n’ai plus qu’à me déshabiller et plonger dedans.  Quelle fringale….  Ma faute, quand on ne boit pas et ne mange pas assez voilà ce qui peut arriver !  (Distance: 98 km; Durée: 04h39; Moyenne: 21,0 km/h) D+: 505m)

15:37 Écrit par Camille dans Rando vtt | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |