16/10/2017

Le beau vélo de Ravel, Orp-Jauche (08/07/2017)

Ce jour, on décide de se rendre à Orp le Grand afin de participer en famille au beau vélo de Ravel.  Le soleil est au rendez-vous et tout le monde semble motivé.  Une belle journée s’annonce, mais une fois sorti de l’autoroute, impossible de se rendre sur le lieu de départ, car toutes les routes sont fermées et impossible de passé sous surveillance de police.  On décide donc de se garer non loin de l’autoroute et de rejoindre le parcours en vélo.  Après 1,5 km, nous voilà déjà sur le parcours, ensuite il suffit de suivre la masse car le nombre de cycliste et tout de même impressionnant.  Mais précisons qu’il s’agit plus de cycliste occasionnel roulant en famille.  Après même pas 5 km, nous voilà déjà  au ravitaillement situé dans l’enceinte du château d’Hélécine.

FullSizeRender.jpg

Ici Thibo décide de monter sur sa draisienne et nous voilà reparti.

2017-10-16 11.21.50.jpg

On quitte l’enceinte du château sur quelques pavés longeant l’étang avant de retrouvé les routes campagnardes.  Pendant 4 km, Thibo roulera sur sa draisienne sous l’applaudissement de personnes installées sur leur pas de la porte.  Le parcours étant peu vallonnée, une petite poussée dans son dos sera par moment nécessaire afin de soulager ses petites jambes.  Ensuite, il remonte dans le Croozer, on jette sa draisienne dans le coffre du Croozer et nous voilà reparti à une allure un peu plus rapide que les 7 km/h de Thibo.  Après près de 16 km, nous voilà à Orp le Grand, là où ont lieu les inscriptions.  A coté de cela, château gonflable, mur d’escalade, concerts, bbq,… de quoi s’y installer.  Après que Thibo ait sauté comme une sauterelle dans les châteaux gonflables, on croisera nos amis Laurent et Sarah, ainsi que Gregory et Julie.   Avec ses derniers on partagera la table avec ses parents afin de manger un bout.  Ensuite, il est l’heure pour nous de reprendre la route.  Une route où les cyclistes sont absents et seuls les flèches nous indiquent encore la route.  Après une partie sur le Ravel, on enchainera sur un long faux  plat montant.  Le vent est légèrement de face et le parcours toujours légèrement vallonnée traversant le Hasbay et ses champs.

20170708_180855_1508145629756.jpg

Après un bon 25 km, nous revoilà au croisement où on avait repris le parcours.  Il nous reste alors plus qu’à remonter jusqu’à la voiture où il a fallu réveiller Thibo qui s’était endormi dans son Croozer. 

20170708_190559_1508145629832.jpg

     

11:29 Écrit par Camille dans Rando cyclo | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

20/05/2017

Straf in Bergaf, Opwijk (30/04/2017)

En ce dimanche ensoleillé, j’avais rendez-vous avec Dieter et Wim pour y effectuer la longue distance de 100 km afin de tester un peu notre condition en vue des chemins du soleil fin du mois de mai.  Je comptais au début partir de chez moi pour reprendre le parcours près de Meise, mais comme c’était la dernière occasion de pouvoir rouler ensemble, je ne voulais pas laisser passer cela.  C’est vers  9h qu’on s’élancera sur cette distance.  Très vite, on sera lancé sur un fabuleux single.  Non pas parce qu’il est technique, loin de là, mais il est sinueux et surtout on roule dans un petit bois coloré d’un sublime tapis mauves que crées les Hyacinthes.  Même si on se retrouve sur en file indienne, pas le temps de prendre une petit photo car J’ai bien l’impression que cela va rouler aujourd’hui, même si notre rythme et calme.  On traversera ensuite le Hellebos et pendant 7 km, le parcours est plat et roulant.  Par la suite, on aura quelques faux plats, mais rien de méchant.  Le Rythme augmente, on s’est avec un bon rythme qu’on évolue à travers de beaux paysage alternant champs et bois.  On Traversera Les Paddenbroeken, le Heibos, Kartelobos le tout essentiellement sur des sentiers assez étroits.  Pour ce qui est du rythme, on ne roule pas à bloc, mais on a une bonne cadence quand même.  Sur certain single track on sera un peu au ralenti du au trafic, ce qui permettra de souffler un peu.  Et, malgré que je connaisse bien la région, la rando me fera découvrir un nouveau single track sympa le long d’un ruisseau avant d’arriver à Mollem.  Après la traverser d’un petit bois offrant deux raidillons, nous voilà au premier ravitaillement.  On s’arrête, le temps de faire le plein des bidons avant de repartir.  Alors que je me dis que le parcours va devenir plus vallonnée et que cela va nous faire baisser notre moyenne, il n’en sera rien.  Le parcours va devenir effectivement un peu plus vallonné, mais la moyenne augmente tout comme notre rythme.  Autant Wim que Dieter pousse et je fini par me faire prendre au jeu.  Après être monté jusqu’à Brussegem, le parcours va devenir plus onduler.  Les côtes deviennent de véritable petites bosses, et les descentes de vraies petites descentes.  Après être passé Opem, le rythme et tellement bon, que je commence même à avoir peur de perdre mais quelques KOM dans la région.  Alors que notre petit trio à grossit un peu, après la traversé d’un champ, une belle petite côte suivi d’une descente légèrement technique où Dieter prend un avantage à la sortie de celle-ci, j’ouvre les gaz sur la portion de plat qui suit afin de tenter d’avoir le KOM.  Notre petit groupe explose et seul Dieter parvient à s’accrocher.  Une bonne accélération qui ne suffira pas à prendre le KOM sur cette portion.  J’inscrirai le second temps à 6  secondes du KOM !  On grimpe ensuite une nouvelle petite côte avant d’entamer une nouvelle descente.  Dieter va tout droit, alors que je prends la trace de droite afin de prendre les deux jumps.  Juste faire attention de ne pas percuter Wim lorsque je rejoins la trace principal.  Pour la seconde fois, on sera à deux doigts de rater une flèche qui nous ferra prendre un petit single que je ne connaissais pas.  On traversera ensuite les villages d’Ossel, Hamme et Relegem avant de retrouver le second ravitaillement.   Le parcours est quant à lui toujours sympa, alternant sentier larges, single et un peu de route, le tout sur un terrain bien sec, mais il est vrai, moins boisé.  Au ravitaillement, Wim me raconte qu’on se retrouve avec des autres bikers qui se disent être les plus rapides de la région sur route et qu’on va rouler avec eux.  Ça promet donc pour la suite.  A peine reparti, le rythme est à nouveau bien haut, mais sans être dans le rouge et de devoir pousser comme un malade.  Après la traversé d’une  grand route, Dieter et moi seront bloqué par des randonneurs mettant pied à terre dans un single.  Wim étant bien devant de cette longue file indienne, lorsqu’on remontera sur notre vélo, il sera hors de notre vue.  Et voilà qu’une course poursuite commence.  Avec Dieter et un autre biker, on traversa la campagne à vif allure enchainant single, sentier off road et route.  Wim par contre reste hors vu et ce n’est que quelques kilomètres plus loin qu’on arrive à reprendre Wim accompagné d’un autre coureur.  Je me dis que le rythme va se calmer, mais non.  Ce n’est qu’une fois Sint Ulriks Kapelle que le rythme va baisser.  On va alors se lancer sur un single track sinueux et boisée pendant 1,5 km.  Il est tellement sinueux que notre progression, est un peu au ralenti.  Après le troisième ravitaillement situé au km 68, le parcours va donner le temps de quelques km l’impression de redevenir un peu plus vallonnée.  Le profil du parcours sera sur 8 km une énorme cuvette où je ne serai à nouveau pas loin de louper une flèche à l’entrée d’un single.  Le parcours reste néanmoins très sympa alternant petits passages en sous-bois, single, sentier off road et peu de route.  A la sortie de la cuvette on se trompera sur le parcours.  Dieter s’en rend compte, moi je confirme, mais Wim et un autre biker sont persuadé que c’est à gauche vu qu’il y a une flèche sur notre gauche sur le bord droit de la chaussée.  Je signale que c’est pour les bikers qui sortent du single en face de nous, vu qu’il y a une flèche dos tourné vers nous.  Ils continuent tous alors que moi je m’arrête et les regarde partir en espérant qu’ils reviennent.  Les voyant disparaître derrière un virage, je repars sur mes traces, et quelques mètres plus, loin je serai à nouveau sur  le parcours.  Même pas 1,5 km plus loin, une bifurcation.  Je m’arrête et tente de prévenir Dieter sur son gsm , mais je tombe sur sa boîte vocal.  Je continue donc sur le parcours et cette boucle de 10 km.  Les 3 premiers kilomètres seront en dent de scie et malgré l’absence de Wit et Dieter, je maintiendrai le rythme assez élevé, jusqu’au km 83 où nous attendra le ravitaillement.  Ensuite single track sympa dans un petit bois pour terminer par une belle bosse qui nous ferra quitté cette boucle de 10 km.  Après un petit raidillon légèrement technique, le profil va se radoucir.

20170430_124127.jpg

On aura encore un long faux plat montant pendant près de 5 km.  Dieter entre temps ma retéléphoner et vient à ma rencontre.  On va alors encore longer et traverser une petite partie du Kravaalbos et après une petite boucle qui nous fait contourner Mazenzele, je vois Dieter qui m’attend à 3 km de la fin.  Dommage qu’on n’ait pas pu faire les 15 derniers km ensemble, mais cela fut tout de même une superbe  sortie avec de bonne sensations.  Merci à Dieter et Wim pour ce beau moment passé sur nos montures.     Et pour la petite histoire des KOM’s, Dieter va en prendre un juste devant mon nez.  On ne peut pas dire qu’on a pas bien roulé aujourd’hui.  (Distance : 103 km ; Durée : 04h16 ; Moyenne : 24,2 km/h ; D+ :1140 m)    

17:57 Écrit par Camille dans Rando cyclo | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/08/2016

Saff Day's, Saffraanberg (25/05/2016)

Première longue distance sur route cette année, histoire d’enchainer les sorties prolongées et de se préparer un peu pour le Bike Transalp.  Aujourd’hui, c’était les Saff day's à la base militaire de Saffraanberg.

d.jpg

Dans le cadre des festivités, il y avait entre autre une rando cyclo qui était organisée avec des distances allant jusqu’à 125 km, distance sur laquelle je me lancerai.  Une fois parti, les 25 premiers km se montrent de profil montant sans grosses difficultés.  On enchaine essentiellement les faux plats, et étant frais, ma moyenne reste correcte.

a.jpg

On traverse les villages de Borlo et de Montenaken avant de passé la frontière linguistique et de passé à coté de Hannut.  Le parcours emprunte bon nombre de petites routes de campagnes relativement calme et tranquille niveau circulation.  Une fois la frontière linguistique passé, on quitte un peu les vergers pour le Hesbaye et ses champs à découvert.  Ici le vent joue souvent un grand rôle dans la progression, mais heureusement, il est très faible.  Les 20 km qui suivent, seront toujours de profil montant, même si le parcours devient légèrement plus vallonnée, celui-ci continue à monté en direction de Sur les Mès.  Entre temps, on aura traversé les villages de Burdinne et de Héron, celui de Couthuin où on pourra se ravitaillé avant d’attaquer la première belle côte direction Sur les Mès avant de dévaler une descente rapide de près de 5 km direction la vallée de la Meuse.  C’est à Andenne qu’on passera sur la rive droite, et ensuite le parcours va se durcir clairement.  Il faut dire aussi qu’on quitte le Hesbay pour le Condroz, pays non seulement plus vallonnée mais plus boisée également.   Et ce qui suivra en sera la preuve.  Une côte de près de 10 km dont les 5 premiers seront dans un décor boisé direction Solières où ici les champs refont leur apparition et l’inclinaison sera un peu moins importante.

20160525_114244.jpg

Ses 10 km nous ferrons prendre un bon de 200 m de dénivelé.  Après avoir enchainé quelques petites bosses, on redescend vers Haltinne avant de s’attaquer une nouvelle côte, la côte de Bellaire, une côte de 1 km à 7% de moyenne.  Ensuite c’est la descente vers Sclaigneaux où on traversera à nouveau la Meuse.  Après 2 km le long de celle-ci, on remontera par la côte du Chant d’Oiseaux.  Une côte longeant une petite rivière assez sauvage et traversant la réserve naturelle de Sclaigneaux.   Après ce bon de 100 m de dénivelé et la traversé de Landenne, on aura quelques petites tape-cul.  On arrive alors pour la seconde fois au ravito. Après une descente à pente douce direction Longpré, on remonte vers Lavoir avant de redescendre vers Marneffe.  Ici on replonge dans une partie boisée et on remonte une partie de la vallée de la Burdinale.  La pente sera assez douce, mais lorsqu’on tourne à droite direction Braives, la pente prend de l’inclinaison et nous voici dans l’avant dernière difficulté.  Une fois au sommet, on redescendra vers Braives et son château. 

20160525_121454.jpg

Le parcours nous offrira toujours des routes de campagnes et les quelques passages boisée qu’on a eux laissent à nouveau place aux champs et vergers.  Ensuite dernière petite bosses, et nous voilà au km 99.  Les 23 derniers km seront de profil descendant, mais le vent n’est pas des plus favorables, même si celui-ci est faible.  On traverse encore le village d’Omal, on contourne Grand-Axhe et Berloz et après avoir passez Bettincourt, on franchi à nouveau la frontière linguistique direction Rukkelingen-Loon.  Le parcours reste dans les même tons sauf qu’on se retrouve depuis un bon 2 km sur un national ou le trafic est un peu plus dense.  On continuera sur cette national encore pendant 2 km, et à Mechelen-Bovelingen on retrouvera à nouveau nos chemins plus calme pour les 9 derniers km.  Satisfait de ma sortie, et de l’organisation.  Lorsque je me rendrai vers les douches, je serai le seul à me faire arrêter au poste d’entrée de la base militaire.  La raison, ma petite valise.  Alors que tout les autres entres avec des sacs de sport, moi avec ma petite valise, je me fais arrêter est questionné.  Je veux bien qu’ils soient vigilants en cette période, mais dans les sacs aussi on peut cacher bien des choses.  Soit, je ne discute pas trop et finalement, ils me laisseront entré sans même regardé ce qu’il y a à l’intérieure prétextant qu’il n’y a pas de douche et donc pas nécessaire de venir avec des affaires pour prendre sa douche.  Mais, il y avait bien des douches misent à disposition. (Distance: 123 km; Durée: 04h16; Moyenne: 28,7 km/h; D+: 1228m)  

12:22 Écrit par Camille dans Rando cyclo | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

16/12/2015

Parel van Brabant, Humbeek (08/11/2015)

Pour la seconde fois cet automne, une randonnée était organisée quasi dans mon jardin.  Après avoir contacter les organisateurs de cette randonnée, le parcours passait à même pas 5 km de chez moi, idéal donc pour partir en vélo de chez moi et de rejoindre le parcours.  Je me rendrai vers le Polpulierendal via la route, là où je repiquerai sur le parcours.  Parti plus tard que prévu, je serai directement au milieu des bikers visiblement nombreux.  Le parcours traverse ce petit bois que je connais bien, mais laisseront le seul petit single track de coté.  Ensuite on s’attaque aux choses plus sérieuse et on aborde, pour moi du moins, la première côte direction Grimbergen.  Suivra par la suite une descente rapide en mode off road assez plaisante avant d’effectuer un demi-tour pour remonter vers Grimbergen à nouveau par la route.  Au loin on aperçoit l’Atomium et une fois au sommet la belle basilique St.-Servais de Grimbergen.

b_5_1.jpg

C’est deux monument feront souvent surface lors de la randonnée.  C’est dans le Prinsenbos et son château que le ravitaillement copieux nous attendra.

c_6_1.jpg

Un coin boisson, un autre sucré et fruité et…  Tiens, le coin salé sera nommé le ravito Wallon.  On a donc l’embarras du choix.  Alors que je prends une photo de la ruine du Château des Princes, une joggeuse me demande subitement si je suis tombé.  La vieille technique de drague.  Non, je ne suis pas tombé, mais …  Une vois ravitaillé, bien que je n’ai qu’effectué 9 bon km en tout, on repart dans l’arrière pays de Grimbergen par deux petits singles track avant d’atteindre les champs.  Le vent nous souffle l’odeur du café venant de l’usine Rombouts et revoilà l’Atomium.  Après une côte, on aperçoit à nouveau l’Atomium.  Après une descente rapide sur route, nouvelle côte à travers les champs et revoilà la basilique au loin.

a_4_1.jpg

Après une bonne portion à travers les champs, on passera à coté du moulin de Sint-Graven, un des trois moulins à eau de Grimbergen. 

20151108_103403_2_1.jpg

Après une petite bosse, toujours à travers champs, on aura la bifurcation.  Je m’engage sur la plus longue des distances et on se dirige vers le jardin botanique de Meise.  Après une longue portion de route et un parcours très légèrement vallonnée, on retrouve une petite côte qui nous ferra traversé les champs.  Etant aux portes de Bruxelles, on y cultive les choux de Bruxelles et au sommet on retrouve l’Atomium et au loin la basilique de Koekelberg pour changer.

d_7_1.jpg

Une tout petite boucle nous permettra d’emprunter une forte côte mais heureusement pas très longue.  Ensuite on s’attaque à une descente dont une petite partie est technique.  La connaissant bien, j’en profite pour dépasser quelques bikers au début de cette descente afin de pouvoir entamer la partie technique de manière engagé, mais des bikers ont déjà mis pied à terre au début de cette portion pourtant non dangereuse.  Ensuite viendra une partie plus roulante avant de grimper à nouveau sur cette même colline.  En suivra une descente rapide avec une possibilité d’un beau jump et à peine en bas, on remonte à nouveau.  Au km 28, on est au sommet de cette côte et on laissera définitivement l’Atomium derrière nous pour plonger dans une descente d’abord rapide et ensuite technique et parsemé de grosses pierres.  La connaissant par cœur, je n’hésite pas à foncé et à doubler quelques bikers plus lent.  On continue par la suite à travers les champs.  Le parcours nous offrira encore deux petites côtes dont la dernière en single track et partiellement dans un sous bois se terminant par un petit raidillon.  Par la suite on aura à nouveau un peu plus de route et on laissera la partie la plus intéressante derrière nous.  Par la suite on retrouve les champs, au loin à nouveau la Basilique de Grimbergen et on aura 10 km de profile descendant.  Mais, n’oublions pas qu’on est dans le Brabant Flamand et que ce ne sera que du léger faux plat.  Le parcours deviendra d’ailleurs plat et roulant empruntant essentiellement des sentiers larges et route de campagne.  On n’aura qu’une seule portion boisée, la traversée du Gravenbos.

e_8_1.jpg

Une fois le long du canal, on aura encore un dernier passage dans un petit bois et nous voilà à Humbeek.  Je tenterai d’aller m’inscrire, mais les inscriptions sont déjà clôturées.  Je repars sur le parcours une fois mon bidon rempli et très vite on retrouve les chemins de terre qui traverse les champs et le pays qui se montre toujours aussi plat.

20151110_132528_3_1.jpg

Une fois l’aérodrome de Grimbergen contourner, on se lance sur un long single roulant à profile montant direction Grimbergen.  Celui-ci se termine par un sentier plus large et dans un sous-bois, on aura l’option facile ou hard.  Je me lance sur la portion hard qui n’est qu’un petit raidillon qui nous ferra quitté ce sous bois.  Le parcours redevient légèrement vallonnée offrant quelques faux plat montant avant d’avoir une nouvelle fois une petite bosse qui nous conduira vers le Populierendal après un petit sentier longeant un petit ruisseau.  Une fois l’étang contourné de ce petit bois, je me retrouve là où j’ai commencé le parcours et je rentrerai chez moi en traversant le bois de Béguine et son single sinueux.  Au compteur, près de 70 km sur de traces que je connaissais essentiellement sans grande nouvelles découvertes.  (Distance: 68 km; Durée: 03h06; Moyenne: 22 km/h; D+: 550m)     

14:37 Écrit par Camille dans Rando cyclo | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/12/2015

VTT du Ru d'Argent, Rhisnes (18/10/15)

C’est avec Martin qu’on avait décidé de faire la rando de Rhisnes.  On s’était donné rendez-vous vers 10h sur place, mais finalement je prendrai Martin aux abords de l’autoroute pour faire une partie de route ensemble.  Une fois sur place, on se trouve une place de parking pas trop loin de l’inscription et on quittera Rhisnes vers 10h30.

20151018_102643.jpg

Très vite on sera plongé sur des sentiers assez gras traversant le Haut bois et son château.  Le terrain se montre assez gras, et une fois sortie de ce bois, on se retrouvera sur une partie ou nos roues reste vraiment collé au sol et ou la progression n’est pas facile.  Lors de ses premiers km, on retrouvera bon nombre de famille avec leurs enfants, et on se dit deux choses.  De une que c’est l’heure où les familles prennent leur envole et de deux que si le parcours reste comme ca, les enfants ne vont pas avoir facile.  Heureusement, le reste du parcours sera plus roulant, même si par endroit il est tout de même boueux.  Alors qu’on continue essentiellement sur des petites routes, on aura une première descente rapide sur un sentier en bordure de bois avant d’avoir notre première petite côte qui nous conduira déjà vers le premier ravitaillement.  Cela fait à peine 30 minutes qu’on roule et on est au km 9 seulement.  Un peu tôt, mais un arrêt était bien nécessaire car le second ravitaillement, bien qu’à ce moment  la on ne le sait pas encore, est bien loin.  On repart ensuite pour une toute petite portion dans le bois de Flaches avec un single sinueux et plaisant.  Le parcours sera par la suite assez bien boisé alternant sentier large et single track direction Floriffoux où on rejoint les rives de la Sambre.  Mais avant cela, un petit régal.  Le choix étant entre facile et technique, on choisi le côté technique bien sur, et après une petite côte, nous voilà sur un superbe single sinueux et technique, où je n’hésiterai pas à prendre une autre trace pour dépasser un autre randonneur plus lent.  Après ce superbe passage, voilà la Sambre donc.  Une vallée qu’on retrouvera encore plus tard, mais ici, après 1,5 km, on quitte la Sambre par une petite côte bien raide où au sommet je perds en adhérence et devrai mettre pied à terre alors que Martin arrive au sommet sans devoir mettre pied à terre.  Par la suite, on se retrouve à Malonne.  Après un single suivi d’une descente des escaliers, on repartira à l’assaut  d’un single avant d’entamer la seconde belle côte nous conduisant dans le bois de la Vecquée où on retrouvera également un single track.  Ensuite on redescend sur Malonne en partie sur un single track où la prudence est de mise.  Quelques virages serrés et nous voilà à nouveau à Malonne.  Et on enchaine à nouveau sur un vrai mur.  Une nouvelle longue et forte côte.  Sur 1 km, on prendra presque 100 m de D+ et on est plongé dans le bois du Tombais dans laquelle on effectuera une petite boucle avant de redescendre sur Malonne.  Et quelle descente !  Un superbe single très technique et glissant du aux grosses pierres humide et bien encrée dans le sol.  Lorsque j’y arrive dessus, je vais un peu vite et grâce à mon sang froid j’arrive néanmoins à arriver en bas.  Par contre, en bas on est quasi sur la route, même si on atterrit sur un trottoir très étroit, et lorsque j’y suis, un bus passant par là me frôle.  Petite frayeur donc, et nous revoilà à nouveau à Malonne.  Ensuite on s’attaque à nouvelle côte de plus de 2 km et 100 m de D+ pour aller atteindre le point culminant du parcours.  Une fois sur le plateau, on traversera une partie plus ouvert.  Le vent étant faible, notre progression sera assez bonne.  Sans jamais vraiment redescendre bien bas, le parcours reste  légèrement vallonné et on se dirige vers Buzet.  Le parcours redevient boisé avec quelques beaux singles tracks tant rapide et technique.   On se souviendra surtout du col des Crayats  qui est également un single track sympa et technique avant de redescendre sur Floreffe où le second ravitaillement nous attend au pied de l’abbaye.

20151018_124224.jpg

20151018_124940a.jpg

On peut dire qu’il s’est vraiment fait attendre, car entre le premier et celui-ci il y a tout de même 25 km effectué en 1h40 avec la plus grande partie du dénivelée effectué.  Par la suite on remonte la Sambre direction Moustier.

20151018_125530a.jpg

Après 7 km, Martin me signale qu’en face se trouve le grand Bois de Ham et qu’il y a de quoi faire niveau VTT.  Ne connaissant pas le parcours, mais sachant qu’on doit retourner à Floreffe, je me dis qu’on va certainement y aller poser nos crampons.  Effectivement, 2 km plus loin, on change de rive et après 1 km, nous voilà dans le Grand Bois de Ham.  Une fameuse côte bien raide nous attend, quelque peu glissante, mais on arrivera au sommet non pas sans mal.  Elle ne fait que 600 m, mais on avale 90 m de D+ en une fois !  La descente qui suit est un beau single gras et glissant où je me ferai une petite frayeur hors vue de Martin.  Quelques minutes plus tard, nouveau raidillon dans le même style que la précédente côte !   Deux côtes qui font bien mal avant de redescendre à Floreffe pour la seconde fois.  Le ravitaillement à déjà replié bagage, mais on nous offrira encore de quoi faire le plein avant de repartir à nouveau sur le rives de la Sambre, mais cette fois direction Floriffoux.  On grimpera progressivement vers le bois Royal du Fay en utilisant des sentiers larges.  La traversée du bois se fera par une dernière belle côte avant de retrouver des sentiers et chemin roulant traversant essentiellement champs et campagne.  On longera également un aérodrome où on pourra voir une dizaine de parachutiste dans leur descente.  Le parcours roulant ferra augmenter notre moyenne pour une dernière fois avant d’arriver à Rhisnes. (Distance: 68 km; Durée: 03h59; Moyenne: 17.2 km/h; D+: 1270 m)

13:18 Écrit par Camille dans Rando cyclo | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

18/11/2015

Afsluitingrit, Tienen (03/10/2015)

Une rando sur route était prévu ce matin avec Jurgen.  On avait décidé de partir à 9h, mais lorsque je monte dans ma voiture, mon GPS m’indique un accident sur la route et plus de 30 minutes supplémentaire sur mon trajet.  J’effectue une recherche via le GPS pour réduire les retards, mais ne trouve qu’une alternative permettant de gagner 2 minutes.  Je préviens Jurgen de mon retard, et il décidera de partir avec son groupe à 9h, ce que je  comprends parfaitement.  Il me dira qu’avec un peu de chance, je trouverai un petit groupe avec qui roulé.  Et la chance, je l’aurai.  Lorsque je sors du café une fois m’être inscrit, je vois 4 cycliste, habillé en court malgré la fraicheur matinal, et tout les 4 affuté, jambes rasé…  Je me dis que ces 4 la doivent être dès rouleurs et je partirai en même temps qu’eux.  On quittera le centre de Tirlemont calmement et on prendra la direction de Hoeleden.

20151003_125435_1_1_1.jpg

Les quatre imposent un bon rythme et j’arrive à m’y accroché sans problème.  Après un premier faux plat et 8 km plus loin, on retrouve des chemins que je connais assez bien.  Des routes sur lesquelles j’ai fait plus d’une course et qui me rappelle certes des bons souvenirs.  Par la suite on aura un bon 10 km de plat, le parcours sera à nouveau composé de quelques faux plats.  Le rythme est bon et on dépasse largement les 30 km /h de moyenne.  On passera les communes de Waanrode et de Molebeek-Wersbeek, et à la sortie de ce dernier village, une belle petite bosse nous accueil.  Les quatre accélère et je reste sagement avec le dernier, mais cela n’empêche pas mon cardio de ne pas s’envolé jusqu’à 180 pulsations minutes.  4 km plus loin, nouvelle bosse, nouvelle accélération.  Et comme ça on s’amuse un peu.  Ensuite, ça sera le plat pendant près de 14 km.  Le ravitaillement nous attendra au km 35 où une pause sera nécessaire.  J’en profite pour enlever une petite couche et ensuite on repartira avec le même groupe.  A peine le ravitaillement quitté, trois autres coureurs s’accroche à notre groupe.  On pourra apercevoir le château de Horst avant d’arriver à Sint Pieters Rode.

Kasteel Horst_2_1_1.jpg

Je m’arrête brièvement afin de prendre une photo du château, et ensuite je me lance à la poursuite des 7 coureurs avec qui je me trouvait.  Obligé de roulé quasi à bloc pour revenir sur eux, mais sur la fin, j’arriverai à me mettre derrière une voiture ne roulant guère plus vite que le groupe, car la route est étroite, et la voiture ne parviendra pas à les dépasser.  Un peu plus loin on tourne à gauche, la voiture dépasse le petit groupe et moi je recolle gentiment.  Par la suite, on traverse le village de Kortrijk-Dutsel et le parcours nous offrira  4 km de faux plat en direction de Lubeek.  Les quatre maintiennent un rythme élevé et les trois autres devront lâcher assez vite.  Le parcours continu à emprunter essentiellement des routes de campagnes et les vergers qu’on retrouvait au début laissent place à la campagne et ses champs.  Le parcours prendra de l’altitude   Un peu avant Lubeek on aura à nouveau près de 7 km de faux plat montant direction Kerkom.   Ensuite ça sera une accalmie On traverse les villages de Boutersem et Neervelp et un peu avant Bierbeek, on atteindra notre point culminant du parcours.  A partir d’ici on ne se retrouve plus qu’à trois, car un des quatre à du lâcher prise et les trois continue à leur rythme.  Du coup, nombre paire, impossible de me cacher dans les roues et me sens obligé de prendre également des relais et du coup, la fréquence cardiaque va augmenter aussi.  Le parcours restera essentiellement composé de petits faux plats et un léger vent de face viendra un peu nous embêter.  On traverse la frontière linguistique direction Beauvechain. On ne fera qu’une petite incursion dans le Brabant Wallon, car très vite on sera à nouveau dans le Brabant Flamand.  Notre rythme reste un rythme soutenu et on file à toute allure vers Tirlemont en passant par Meldert, Willebringen et  Kumtich.  Belle sortie ensoleillé et surtout content d’avoir roulé avec les quatre, car cela a permis d’avoir une moyenne que je n’aurais pas eu si j’avais roulé seule. (Distance: 97 km; Durée: 02h59; Moyenne: 32,6 km/h; D+: 570 m)  

 

 

 

13:41 Écrit par Camille dans Rando cyclo | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

23/10/2015

Mote rit, Bovelerke (26/09/2015)

Entre temps, il faut dire que si on s’était fait un week-end à la mer, c’était entre autre pour combiner avec la rando sur route de Bovekerke.  Une rando qui était organisé tant le samedi que le dimanche.  Du coup, samedi, on s’était dit de faire la distance de 40 km à trois : Katty, moi et Thibo dans la charrette.  Alors que dans mon dos Katty avait tenté de remuer ciel et terre afin de trouver quelques amis pour rouler avec moi l’un des deux jours, la mer étant assez loin de tout le monde, elle ne trouva personne, sauf une !  Mais cette personne se rendrait uniquement sur le lieu de départ et ne roulerait pas avec nous.  Ne sachant pas de qui il s’agit, je lui dis de tenter de convaincre cette personne de rouler avec nous.  On ne roule de toute façon à son aise, et 40 km sur route et sur du plat, c’est à la portée de tous.  Elle y parviendra, tout comme elle parviendra à tenir le secret sur l’identité de la personne.  J’ai beau deviner, elle ne lâche rien.  On se rend donc à l’adresse de la personne.  Je sonne, et lorsque la porte s’ouvre…  Surprise !  Wouter !!!  Nondidju, ca c’est une super agréable surprise.  Il me faudra quelques instants pour m’en remettre.  On se rendra par la suite sur le lieu de départ, et une fois inscrit, on se lance tous sur les quarante kilomètres.  Wouter, Isabelle, Katty, moi et Thibo bien installé.

12047097_10208311077000261_4436990547700290881_n.jpg

Le parcours et plat dans un premier temps, et après s’être trompé, on se lance sur un faux plat.  Le sommet n’est pas très haut bien évidement, mais il permet néanmoins d’avoir une belle vue sur l’étendue du Westhoek, et au loin Dixmude.  Une belle petite ville que la rando nous ferra traverser, et il sera impossible de résister au terrasse ensoleillé.  Après une petite pause, on repart direction Bovekerke avec bien souvent du vent de face.  Thibo lui ne trouve pas sa position, et une fois son hamac installé, Mr. partira au pays de rêves.  On passera un beau moulin, et une fois qu’on aura traversé les bois de Koekelare, l’arrivé ne sera plus loin.

2015-10-23 12.04.35.jpg

On terminera la journée sur une belle terrasse de Koekelare avec une grande plaine de jeu pour les petits ou Thibo s’en donnera à cœur joie.  Merci à Katty pour cette superbe surprise, et à Wouter et Isabelle d’avoir roulé avec nous.  Vraiment top ! (Distance: 36 km; Durée: 02:01; Moyenne: 17,9 km/h; D+: 130m)

12:18 Écrit par Camille dans Rando cyclo | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |