25/12/2017

Jagerstocht, Heverlee (15/09/2017)

Pour la seconde fois cette semaine, c’est la défense qui organise à nouveau une rando sur route en cette fin de semaine.  Pour cela, c’était à Heverlee qu’il fallait se rendre, endroit qui me rappelle toujours mon enfance et qui m’éveil toujours des souvenirs.  Ah, ce bon temps d’enfance.  Le départ était fixé à la caserne.

4f_xRcptTMfKEsqTtbhrV0Tq2lgfoBz-L-HIhd2kUPM-2048x940.jpg

Une rando vtt y était également organisé et vu la météo, peu de monde, car il pleut des cordes.  Après 20 minutes de selles, je serai détrempé, et après 30 minutes, la pluie cessera enfin.  On quittera Heverlee en passant derrière l’abbaye du parc par un petit raidillon.  Après 4 km, on aura déjà notre première petite côte, le Trolieberg avant d’arriver sur un plateau.  Pendant 10 km, le parcours restera plat hormis une petite descente suivie d’un beau raidillon direction « Steenhoven ».  On est alors à Linden.  Le parcours emprunte jusqu’à présent des belles petites routes régulièrement boisée.  On Après 3 km de faux plat descendant, traversant Holsbeek, avant d’arriver à Wezemaal après avoir traversé un petit bois.  On enchaine par une route traversant un quartier résidentielle avec des énormes villas, mais surtout avec une succession de trois petits raidillons. Un peu plus loin on croisera sur notre chemin le Meudermeule.

2017-12-25 08.44.09.jpg

Le parcours reste relativement plat.  Quelques faux plat mais rien de signifiant et après seulement 28 km, on arrivera au premier ravitaillement.  Le militaire insiste que je prenne de quoi manger, même pour emporter.  Je suis leur conseil, et met encore deux couques dans ma poche arrière avant de repartir.  On traverse Gelrode et on prendra la direction d’Aarschot traversant les bois d’Eikelberg et ‘s Hertogenheide.  Alors qu’on ira contourner Rillaar, arrivé au km 50, me voilà  victime d’une crevaison.  Un monsieur passant par la en voiture, s’arrêtera pour proposer son aide, ce qui est bien gentil, mais comme j’ai tout, j’arriverai à réparer sans problème.  Une fois réparé, on passera entre Rillaar et Montaigu.  On va alors entamer un long faux plat montant et au loin, on pourra voir la ville de Montaigu se cachant légèrement dans la brume. On va alors redescendre sur Rillaer et après 60 km, on aura une petite côte bien raide avant de redescendre sur Houwaart et le château de Horst.  Ici devait normalement se trouver le second ravitaillement, mais celui-ci a déjà disparu.  Heureusement, j’ai fait le plein de couques au premier ravitaillement. Un biker vient face à moi et me demande le chemin, car les flèches aussi ont visiblement disparue.  Vu qu’il y a une flèche face à nous pour ceux qui arrive face à nous effectuant le parcours des 75, on en déduit qu’il faut prendre la petite rue à côté du château.  Lui, qui pensait repartir à deux, je devrai le décevoir, car me voilà avec une seconde crevaison.

IpHA7xffTQo1IaSib7lWfn2mjo_JBAsr8O0vJGgHkVU-2048x1152.jpg

Je repars un peu plus tard et au prochain croisement, pas de flèches.  Je rebrousse chemin, et je demande à un cycliste que je croise si lui aussi effectue la rando.  Il me confirme que oui.  Je lui dis qu’il n’y a plus de flèches, mais ce dernier à la trace sur son GPS.  Heureusement, car pendant 15 km, plus aucune flèches !  Dommage est incompréhensible que cela puisse arriver.  Car jusqu’à présent, le fléchage était irréprochable et le parcours alternant bois, et paysage ouvert était vraiment agréable.  Le parcours va devenir plus vallonné et on va enchainer deux petites côtes avant d’arriver à Roeselberg.  Entre temps le biker que j’accompagne fait savoir qu’il va envoyer un mail à l’organisation pour faire savoir son mécontentement.  Dans les côtes il roule néanmoins à ma convenance, mais il sera un peu plus lent dès que cela devient plus roulant ou encore dans les descentes.  Pendant 7 km, on sera à nouveau sur un plateau. Au croisement de la national 2, un militaire est posté au carrefour.  Le pauvre, il va en prendre pour son grade avec le biker qui m’accompagne.  Il va lui faire savoir que ce n’est pas normal, alors qu’il n’y est peut-être pour rien, ce que je lui dirai  On continue ensuite notre route et après une petite descente, on remonte vers Kiezegem.  Après une nouvelle petite côte d’un petit kilomètre, on sera à nouveau sur un plateau. On va alors se diriger vers Lubbeek traversant encore quelques bois.  On va alors enchainer le Bollenberg et Herendaal, ce dernier étant une route nous conduisant sur le sommet du Lastberg après une côte de 1,5 km.  Le Lastberg sera le point culminant du parcours.  Entre temps les flèches sont réapparues et je reprendrai la route seul à mon rythme.  Il me reste encore 10 km et on n’aura plus que deux petites bosses.  Un première juste après Pellenberg, et le Zavelberg avant d’entamer les deux derniers kilomètres de plat.  (Distance: 99 km; Durée: 03h34;, Moyenne: 27,7 km/h; D+: 710m)

09:01 Écrit par Camille dans Rando cyclo | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.