28/04/2017

La trace d'Hez, Tangissart (16/04/2017)

Malgré qu’ils aient annoncé un week-end pluvieux en début de semaine, et encore jusque vendredi, le temps resta relativement sec et les conditions restaient bonnes pour un marathon vtt.  Du coup, chose qui n’est pas coutume, je me rendais à Tangissart afin de participé à la Trace d’Hez, un marathon de 70 km, et ce avant une nuit de boulot.  Ca sent déjà la bonne sieste l’après-midi.  Arrivé sur place, il n’y a pas grande foule aux inscriptions.  Par contre, c’est déjà la file aux toilettes.  Une fois prêt, je monte sur mon vélo, et je me rends compte que j’ai beaucoup de jeu dans le pédalier !  Un passage au stand technique mis en place par le magasin KM 10 est inévitable afin de limiter les risques.  5 minutes avant le départ, je récupère mon vélo avec nettement moins de jeux !  Je me rends donc directement sur la ligne de départ, où je retrouve pas mal de visage connue mais que  j’ai à peine le temps de saluer.  J’arrive à me position sur la troisième ligne, et nous voilà parti.  Mon départ est moyen mais me retrouver à coté de Joao, me motive.

17951662_1316260795131980_7638644295585708382_n.jpg

Je ne perds pas de place, mais n’en gagne pas non plus et n’arrive pas à faire monter mes pulses.    Il est vrai, démarrer à froid n’est pas idéal.  Sur la fin de la côte, je me retourne, et il y a déjà une nette cassure.  Je suis ferme la marche du premier groupe avant de s’élancer sur les chemins off road.  Après une petite boucle dans un premier petit bois, je sens qu’après la première bosse j’ai déjà un peu de mal.  On descend dans la vallée de la Dyle où je recolle à Martin et Erwin.  Joao qui était à mes cotés au départ reste derrière et je ne le voie plus.  On continue sur un single remontant la Dyle avant de poursuivre dans la vallée de la Falise où le parcours va grimper à nouveau.  Après une descente raide, et délicat avec quelques piquets cachés après un virage serré, ou encore un petit pont étroit qui enjambe un ruisseau, on remonte vers le Bois de Hez. Le groupe Martin-Erwin s’envole après un raidillon technique et je me retrouve un peu seul, mais pas très longtemps.  Le temps de traversez le bois d’Hez et son tapis mauves former par les hyacinthes, et me voilà dans un groupe formé par 7 coureurs dont entre autre Jeffry et Gregory.  Le groupe va s’agrandir au fil des kilomètres pour former un bon train de 9  coureurs.  On enchaine le bois de Bachet et de Neppes en passant par Villers la Ville et Rigenée.  Le parcours reste vallonné alternant quelques beaux passages : Singles, descentes technique, …  C’est à Rigenée, au kilomètre qu’on verra Julien à l’arrêt suite à un problème technique.  Notre groupe continue à un bon rythme.  Après Rigenée, le parcours va se montrer un peu moins vallonnée et plus roulant, ce qui me conviendra mieux.  Il sera même de profil descendant pendant 7 km.  Ca remontera juste un peu au niveau de Sart Dames les Avelines, mais rien de bien méchant.  On se dirige ver Hattain tout en traversant bois et campagne.  C’est à partir de là qu’on verra à nouveau le group avec entre autre Martin, Erwin, Olivier  et Benjamin devant nous.  Voyant cela, c’est avec un autre coureur qu’on prendra l’initiative d’accélérer un peu pour faire la jonction.   Jonction qui se ferra environ au kilomètre 28.  Du coup on formera un groupe de 14 coureurs !  Le coureur avec qui je menais le rythme n’hésite pas à passer devant pour continuer sur un rythme élevé.  Martin me salue, mais je n’ai pas le courage de répondre car j’ai l’impression que je m’éteins à petit feu.  Pendant 12 km, notre groupe va rester souder et je reste trop à l'arrière du groupe.  Pas vraiment une bonne opération, car on va traverser les bois où à plusieurs endroits les entrées seront barrées par une petite barrière à une dizaine de cm du sol.  Chaque fois il faudra descendre du vélo, sauter au dessus et alors que les premiers sont déjà à plusieurs secondes, il faudra chaque fois faire l'effort pour refermer la marche.  Même si le parcours n'est pas encore trop vallonné, cela use tout de même.  Le parcours reste essentiellement boisée alternant singles et sentiers larges avec quelques descentes sympa et beau raidillon technique parsemé de grosse racines.  Au ravitaillement, après le passage d'une barrière suivi d'un raidillon dans une prairie, je devrai lâcher quelques mètres tout comme trois autres coureurs dont entre autre Gregory.

17951625_1316272728464120_888861098940655422_n.jpg

A quatre, on reste à environ 10 seconde du groupe Martin, Erwin, Benjamin,...  Après avoir traversé Bousval, on remonte sur les hauteurs et les côtes se font à nouveau plus longues.  On plonge dans un single, et au bout de ce single, une nouvelle barrière.  Je pense pouvoir passer à gauche de celle-ci, mais non, il faut descendre du vélo.  On remonte par les bois dans une belle côte caché dans une crevasse avant de redescendre sur Faux.  Ici on aura un peu plus de route et on remonte vers Sart Messire Guillaume où le petit groupe devant nous s'est définitivement envolé et ce à 18 km du terme.  On restera à quatre jusqu'au ravitaillement où je serai obligé de m'arrêter afin de faire le plein alors que Gregory et les trois autres maintienne le rythme.  Même si je repars directement, même si après une longue côte on arrive sur un plateau offrant pas mal de faux plat, je ne serai pas capable de revenir, car dès que je pousse de trop, c'est les crampes.  On traverse le bois D'El Croix, le bois Heuchere et du Sartage.  A l'entrée de ce dernier, je me fais doubler par un coureur à l'entrée du single track.  Une belle descente assez rapide, avant de faire un quasi demi-tour et de remonter.  Incapable de m'accrocher, je devrai également le laissé filler.  Le parcours va rester boisé et à 6 km de la fin, je décide de tenter d'accélérer dans une descente, car dans la dernière côte, j'ai pu apercevoir à nouveau Martin et un autre coureur.  Le tout à la limite des crampes.  Je reprendrai le coureur qui était juste devant moi, Koen, et sur un single roulant je prendrais une petite longueur d’avance.  Mais par pour très longtemps, car une fois le chemin de fer passé, il reste encore une bosse.  Koen me dépasse et reprendra un coureur avant de se lancer dans le fameux toboggan.

17861900_1316299618461431_2776345355194585915_n.jpg

Malheureusement, je serai un peu gêné par le coureur devant moi, et une fois sur la route, j’accélère, le dépasse mais ne pourra plus reprendre Koen qui était pendant un bon bout de temps dans mon group et devant mon nez.  Sur la ligne d’arrivé, j’entendrai la petit voix de Thibo crié « allé papa !).  Quelle surprise et plaisir de voir Katty et Thibo sur la ligne d’arrivé.  Je termine 23 au scratch et 3ième Master 2.  En soit, pas trop mal, mais je suis tout de même un peu déçu malgré une course plus rapide qu'il y a deux ans dans les même conditions.   (Distance: 72 km; Durée: 02h59; Moyenne: 24,2 km/h; D+: 1330m).  Un tout grand merci à Katty.

17861852_10213323172419514_5484229738840991103_n.jpg

11:38 Écrit par Camille dans Course vtt | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.