06/04/2017

Les 7 péches capitaux, Thuin (19/03/2017)

C’est reparti pour une saison de chrono, marathon, course par étape…  Pour ma première de l’année c’était à Thuin que je me rendais ce dimanche.  C’était aussi tout simplement la toute première qui ouvre également le challenge O2MC, challenge que malheureusement je ne participe pas.  Arrivé sur place, on peut dire qu’il y a foule.  Alors que je suis à plus de 2 km des inscriptions, il y a déjà des voitures de stationné.  Il est vrai que j’arrive assez tard, mais je tente tout de même le coup d’aller voir jusqu’aux inscriptions.  Et comme bien souvent, je me trouve encore une belle place juste en face du complexe sportif, un endroit où visiblement personne n’osait se mettre, car il y avait encore plusieurs places de libre là où je me suis garé.  Et comme bien souvent, il suffit qu’il y en a un qui se met, et dans les minutes qui suivent, les autres places étaient prisent.  Aux inscriptions, je tombe sur Jan Vandenbosche qui s’inscrit pour la longue distance de 80 km.  Il me signale qu’il est avec Sander Lesage et on décide de partir ensemble.  C’est sur le coup de 10h que je me lance en leur compagnie ainsi que 2 autres bikers.  Me voilà donc dans un bon train et je verrai bien combien de temps je tiendrai.  On quitte le site par un single track sinueux et boisé.  Après une première petite descente, on pourra constater que le parcours est glissant, non seulement du à la boue mais les pierres et racines sont extrêmement glissante et on prend tout de même déjà quelques risque.  Après un passage dans la vallée de la Biesmelle, une petite côte nous fait rentrer dans le bois du Grand Bon dieu, avant de continués sur un single track sinueux et parsemé de quelques grosses pierres.  Après une petite descente, on s’attaque à une côte un peu plus longue.  Sander mène la danse suivi d’un de ses amis.  Jan, moi et l’autre suivons à quelques mètres, mais dès que cela redevient roulant, on se regroupe tous.  Notre petit groupe roule bien, un bon rythme et je ne dois pas me mettre dans le rouge pour pouvoir suivre.  Les sensations sont bonnes.  Après une petite descente raide et technique, où les randonneurs se mettent soigneusement sur le côté pour nous laisser passer, on aura deux bons kilomètres de roulant avant de redescendre sur Thuin par un sentier plus large mais très boueux et glissant.  Je suis vraiment surpris de la vitesse qu’on arrive à prendre dans les descentes sur ce type de parcours.  Ça glisse vraiment bien et il est difficile de garder le vélo sous contrôle.  Après 2 km de roulant le long de la Sambre, on quitte les rives de la Sambre par un petit mur dont les derniers mètres se feront à pied.  On plonge ensuite à nouveau dans un bois direction Hourpes.  Après une légère côte sur route, on repart sur des parties off road.  Le rythme est toujours bon, et relativement décontracté. Alors qu’on arrive à l’abbaye d’Aulne, ma chaine ce bloque !  Je tente de la débloqué tout en restant sur mon vélo, mais l’arrêt sera inévitable !  Je constate que ma chaine est sortie de la chape du dérailleur du à un morceau qui visiblement à casser et tombé.  Une fois la chaine remis, il y a plus qu’à espérer qu’elle ne saute plus.  Je remonte sur mon vélo, et je m’engage à une course poursuite pour en espérant pouvoir réintégrer le petit groupe de Jan et Sander !  Malheureusement, très vite, je me retrouve dans une forte côte parsemé de grosses pierres bien glissantes !  Difficile de garder une bonne adhérence, même tout à gauche.  Et pour une raison ou l’autre, le dérailleur fait un drôle de bruit lorsque je suis sur le dernier pignon, comme si il touchait les rayons de la roue !  J’évite donc de rester sur ce pignon et monte un peu plus en puissance.  Ensuite une partie de route plat, mais avec un léger vent de face.  Ici j’arrive à garder du rythme et l’écart se réduit.  C’est après 3 km d’effort intense, que je réintègre le petit groupe de Sander et Jan, juste au moment où on quitte la route pour se lancer sur un single track.  400 mètres plus loin, un bruit et mon dérailleur arrière casse et c’est l’abandon !

20170319_111623.jpg

C’est dégouté que je me dirige vers le ravitaillement situé quelques kilomètres plus loin.  Je remercie le biker qui, avec son vtt électrique, m’aura poussé sur le faux plat montant un peu avant le ravitaillement.  C’est avec un autre biker, victime d’un problème technique également,   qu’on attendra l’assistance technique, une petite camionnette, qui nous reconduira à l’arrivé.  Merci à l’organisation pour l’assistance, et encore un grand merci à Jan, Sander et les deux autres pour leur compagnie, même si c’était de courte durée.  (Distance: 18 km; Durée: 00h52; Moyenne: 20.4 km/h; D+: 445m)

20:39 Écrit par Camille dans Course vtt | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.