28/08/2016

VTT de la Houzée, Thuillies (03/07/2016)

Dernier chrono avant le Transalp aujourd’hui, le tout sous un temps sec et une température juste bonne.  Arrivé sur place, je me rends aux inscriptions.  Je fini ensuite par me préparé et me rends sur la ligne de départ.

20160703_080026.jpg

Un biker s’apprête à partir.  Je jette vite un coup d’œil vers celui-ci, et je le trouve affiné, jambe rasé, …  Vois-je là un bon lièvre ?  Je lui demande s’il compte partir maintenant tout de suite, et si oui, s’il ne veut pas attendre deux minutes histoires que je puisse aller une dernière fois au toilettes et de partir à deux.  Il accepte le deal.  Je lui dirai bien évidemment que s’il voit que je n’arrive pas à suivre, il ne doit pas m’attendre, car je ne voudrais pas le ralentir.  Après un dernier besoin naturel, on se présente et me voilà à coté de Maarten, du moins sur la ligne.  Une fois notre duo lancé, je me mettrai derrière et je suivrai son rythme.  Les 5 premiers km sont roulant empruntant des sentiers off road assez large, ce qui me permettra de monter progressivement dans les pulses sans me mettre dans le rouge.  On se dirige vers la vallée de l’Eau d’Heure où on jouera pendant 35 km dans cette vallée et ses collines.  Après avoir traversé les villages d’Ham sur Heure et Cours sur Heure on s’attaquera à notre première belle côte de la journée qui nous conduira dans les bois et jusqu’à présent notre duo fonctionne plutôt bien.  Un peu plus loin, la première bifurcation.  Etant devant, je prends à gauche et Maarten m’indique qu’il faut prendre à droite.  Effectivement, heureusement qu’il est là.  Mais les bifurcations ne sont pas très claires.  Après 2 km de côte, on arrive sur un plateau et le parcours reste bien boisé et amusant alternant single et chemins plus larges et par moment légèrement technique.  On redescend alors vers l’Eau d’heure, et à la seconde bifurcation, je me trompe à nouveau et Maarten me remet à nouveau sur le bon chemin.  Ensuite on remonte à nouveau sur les hauteurs et d’aller chercher le premier ravitaillement après 22 km.  Maarten ne s’arrête pas, mais moi je suis déjà bien obligé.  Une fois ravitaillé, étant sur un plateau peu vallonnée, j’arrive assez vite à refaire le trou sur Maarten.  On pénètre à nouveau dans un bois par un single sinueux et amusant  avant de dévaler une descente bien raide et technique.  De plus le terrain étant humide et boueux par endroit, cela ne facilite pas les choses.   Une fois le long de l’eau d’Heure, plus de flèche et on hésite entre prendre gauche ou droite, et si on fait demi-tour c’est à pied qu’il faudra remonter.  Un biker suivant nos traces confirmes qu’on est dans le bon, et entre temps un monsieur vient vers nous en courant et nous signale qu’on doit prendre à droite.  On ne perdra pas trop temps et on remonte ensuite par une nouvelle belle petite côte d’un bon kilomètre où les premiers mètres seront assez raide.  Ensuite cela s’adoucit sur un sentier plus large avant de continuer sur un plateau empruntant essentiellement un single track.  Notre duo tien bon, et j’en suis content, car je ne reste pas toujours derrière.  Mais lorsque je roule devant, c’est risqué, car au km 29, je me trompe à nouveau et Maarten et un autre biker me suivent.  Ce n’est que 300m plus loin, au premier carrefour, qu’on s’en apercevra.  Heureusement on ne perd  pas trop de temps avant de reprendre le bon chemin.  Mais après 3 erreurs de ma part, il est peut-être mieux que Maarten roule devant.    Après une petite boucle boisée empruntant essentiellement des singles tracks, on descendra vers Jamioulx.  On franchi l’autre rive de l’Eau d’Heure et après une longue cote de plus de 3 km dont la seconde partie s’effectue sur un faux plat sur un chemin plus large, on quittera la vallée de l’Eau d’Heure direction la vallée de la Sambre.  Une vallée qu’on va atteindre après 9 km de profile descendant, mais néanmoins avec quelques petites bosses.  Le parcours reste toujours bien boisé empruntant pas mal de petit sentier bien sympa.  Et notre duo, il tient toujours la route et les kilomètres défilent bien.   On longera alors la Sambre en direction de l’Abbaye d’Aulne.  Un endroit que je trouve toujours assez pittoresque, avec son abbaye, son écluse, le petit pont qui enjambe la Sambre, les terrasse qui nous appelle à la tentation, …  Bref, pas le temps de rêver qu’on s’attaque à une belle côte technique parsemé de grosses pierres glissantes.   On reste ensuite un peu sur les hauteurs avant d’atteindre Hourpes par une descente bien raide.  Après une petite bosse, on redescendra une dernière fois sur la Sambre, mais non sans difficulté.  Un virage serré, en dévers et parsemé de pierres humides me fait hésité, et même s’il est assez large, je préfère mettre pied à terre et Maarten en ferra de même.  Si le terrain était sec, cela aurait été, mais ici, mieux ne vaut pas prendre de risque.  Nous voilà ensuite à Thuin et le dernier ravitaillement.  Après un bref arrêt, notre duo repart.  On traverse Thuin Par une forte côte que je connais assez bien.  Et je dois dire que je commence à avoir du mal à suivre le rythme imposé par Maarten, mais je m’accroche.   Après la traversé de quelques rues, on quitte Thuin par un single descendant dans les hautes herbes.  Je me ferrai surprendre et la chute est inévitable, mais sans gravité.  Je repars d’ailleurs assez rapidement et parviens à rester dans la roue de Maarten.  On rentre ensuite dans le bois du Grand Bon Dieu par une petite côte qui fait mal.  Je tente de m’accrocher à la roue de Maarten, mais quand un randonneur à vtt vient faire son Jean Gabin pour s’accrocher à la roue de Maarten alors qu’il voit que je suis, il n’hésiter pas se mettre dans mon chemin et de jouer le perturbateur avant d’exploser son moteur et de se retrouver à l’arrêt.  Je ne dirai rien, mais je n’en pense pas moins de ce genre de comportement absurde.  Soit, entre temps Maarten à pris quelques mètres mais j’arrive à recoller avant le sommet.  Il nous reste alors 15 km de vtt roulant sans réelle difficulté et je me dis qu’à partir d’ici je dois pouvoir tenir.  On enchaine sur un dernier bois avant de retrouver les champs et terrains agricoles.  Et à ma grande surprise, le rythme de Maarten me semble un peu trop lent à mon goût et repasse devant et espère qu’il prenne ma roue, mais après quelques mètres, un trou s’est formé et je décide de continué sur mon rythme.  Mais quelques kilomètres plus loin, à Biesme sous Thuin, Maarten à refermé le trou.  On traverse notre dernier petit bois, empruntons nos derniers single tracks  pour ensuite retrouvé 6 km de sentier plus larges et paysage dégagé.  On restera ensemble, et quoi qu’il arrive, je ne jouerai pas le sprint et compte laissé Maarten passé devant, estimant qu’il a tout de même roulé plus souvent en tête que moi et qu’il m’a bien aidé.  Dans les derniers mètres, il attaquera mais ne contre pas.  Cela fut un bon duo sur un beau parcours  et niveau résultat, je peux être satisfait car on termine respectivement 3ième et 4ième.  

20160703_115827.jpg

Encore un grand merci.  (Distance: 77km; Durée: 03h45; Moyenne: 20,6 Km/h; D+: 1290)

15:52 Écrit par Camille dans Course vtt | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.