02/08/2016

VTT des Blancs Moussis, Stavelot (15/05/2016)

Troisième rando du week-end, et premier chrono de l’année, le premier vrai test.

20160515_090754.jpg

L’organisation proposait deux distances, 50 et 75 km. La pluie est tombée pendant une grande partie de la nuit et aura certainement rendu le parcours plus boueux et humide. J’hésite sur la distance. J’ai bien envie de me lancé sur les 75, mais Katty arrivera à me raisonner et je déciderai donc de ne pas être trop gourmand pour cette première et me lancerai sur les 50 km sous un temps très menaçant. On part directement sur du roulant le long de la l’Amblève, mais très vite, cela va changer. Après 1,5 km, on change de rive, et nous voilà sur une première côte bien raide et technique. On avale un bon nombre de racines, et avec le temps, l’adhérence n’est pas top. Il est difficile de rester sur le vélo, et premier constat, j’ai du mal à passer les 170 pulsations minutes. Après cette première forte côte de 600 m, les 5 km suivant seront à profil montant. Malgré que le pourcentage soit nettement moins élevé, j’ai l’impression que cela n’en finit pas. Entre temps nous serons plongés dans les forêts ardennaises et après plus de 7 km, on peut enfin penser à descendre. Une descente pas de tout repos, car il y a pas mal de pierres, et le parcours et glissant. De plus il commence à pleuvoir et je m’arrêterai afin de mettre mon k-way. La seconde partie de la descente sera plus rapide et on peut enfin penser à lâcher un peu les freins. Le parcours reste par la suie vallonnée, et ce n’est qu’au km 14 qu’on s’attaque à un long faux plat montant. La progression n’est pas pour autant rapide, car la pluie a rendu le parcours bien boueux, mais le tout passe sur le vélo. La pluie s’est entre temps arrêtée, et j’en profite pour retirer à nouveau mon k-way. On restera quelques kilomètres sur les hauteurs avant de plonger dans une longue descente rapide mais pas sans danger. Je me fais surprendre dans une petite ornière à priori pas dangereuse, mais mon pneu avant décroche dans la boue et je n’arrive pas à éviter la chute. Heureusement plus de peur que de mal. A peine sur mon vélo, me voilà au ravitaillement. On continue ensuite à descendre pendant près de 2 km. Par la suite, le parcours change un peu de profile et se montre un peu plus en dent de scie. On enchaine les petites côtes et descentes jusqu’au km 36. Le parcours reste boisé et varié. On ne s’ennuie vraiment pas. Au km 36, on sera dans la vallée de la Salm et on s’attaque à la dernière côte du parcours, mais il faut dire pas n’importe quoi comme côte. Raide, boueuse, et malgré un sentier large, impossible pour moi de ne pas mettre pied à terre à un certain endroit. J’ai vraiment du mal et je ne me plains vraiment pas d’être sur les 50. Après près de 2km de côte et 200m de d+, on descendra dans la vallée de l’Amblève. La première partie et un sentier large et on enchaine sur un single track technique. Une fois sur les rives de l’Amblève, on continue sur un sentier à nouveau plus large et roulant avant de retrouver le bitume. Cela sent l’arrivé, et effectivement 1 km plus loin, c’est la ligne d’arrivée. J’aurai seulement 45 km au compteur, mais 45 km qui ont tout de même fait mal malgré que je bloquais à 170 pulse. La condition n’est pas encore top, mais c’est sur la bonne voie et cela fait du bien de pousser un peu. Deux surprises à l’arrivée. La première, c’est d’avoir perdu mon k-way (zut) et la seconde, c’est niveau classements : 2ième scratch et premier Master 1 ! Bon, il est vrai, on était que neuf en tout et 3 Master 1, mais bon, cela motive pour la suite. Bon nombre de bikers sont sur l’EBMC, et ceux qui n’y sont pas seront demain à Waimes pour l’Ardenne Trophy et se repose aujourd’hui. Merci à Katty et Thibo de leur présence et leur soutien. (Distance : 44km ; Durée : 02h27 ; Moyenne : 18,1 km/h ; D+ : 1240m)

15:53 Écrit par Camille dans Course vtt | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.