11/04/2016

VTT de Malonne, Malonne (27/03/2016)

Après trois semaines sans vélo, me revoilà de retour sur la randonnée à Malonne.  Même si il fait sec, et que le soleil tente de percer, je me pose la question de savoir si la pluie de cette nuit aura sauvagement modifié l’état du parcours.  Arrivé sur place plus tard que prévu, changement d’heure en est la cause, on ne se bouscule plus aux inscriptions.  A peine parti, il ne faudra pas des kilomètres pour se rendre compte que la rando se transformera pour beaucoup en calvaire.  A peine partie de d’un kilomètre et nous voilà déjà à pieds sur ce qui n’est qu’un faux plat montant.   Le terrain est tellement gras et boueux qu’il rend la progression sur le vélo impossible.  Ensuite cela roule un petit peu, on entre sur un single dans un petit sous –bois qui nous descendra vers un petit ruisseau.  Le passage au dessus de celui-ci s’effectue sur une bille de chemin de fer après une petite chicane bien grasse et glissante.  Je décide finalement de passer dans le ruisseau à première vue peu profond, mais une fois dans l’eau, ma roue avant se plante net dans le lit du ruisseau bien boueux.  Cela m’obligera de mettre pied dans l’eau !  La suite, on remontera à pied !  Après une petite portion de route, ce qui permettra aux pneus de se débourrer, on quittera Malonne traversant une prairie détrempé et bien boueux également.  La progression est lente, très lente et à la sortie, mes pneus auront pris du volume.  J’ai même l’impression d’être sur un fat bike !  Et quand ce n’est pas la boue qui vient jouer les perturbateurs, c’est le vent.  Et lorsqu’on traverse les champs, on peut dire qu’on le sent.  Ensuite on rentre dans un petit bois qui nous offrira un premier single track qui par la suite surplombera une carrière avant de redescendre sur Floreffe.

a_1_1.jpg

Après une petite portion de route, on remonte sur les hauteurs non pas sur le vélo mais à nouveau à pied.  La pente est tellement raide qu’il est difficile de ne pas glisser, le cœur monte haut dans les tours, et des bikers passent leurs premiers coups de gueule.  Par la suite, on continue le long des prairies sur des sentiers bien gras freinant à nouveau bien le rythme.  Alors qu’on est entre autre sur le parcours des 20 km (parcours familiale), je croise deux enfants courageux tentant de traverser se terrain boueux.  E t je dois dire qu’ils ne sont pas au bout de leur peine, car après une petite descente, on remonte une nouvelle fois à pied.  Cela commence à bien faire, et à se rythme là, je devrai me rabattre sur le parcours des 40 km !  On se dirige alors vers Franière où on rejoindra les rives de la Sambre direction Floreffe.  Le parcours était jusqu’à présent déjà bien vallonnée, mais les longues côtes doivent encore venir.  Après 4 km le long de la Sambre, on traverse Floreffe par des petits sentiers étroits avant de s’attaquer à une longue côte bien pentue et où il faudra trouver la bonne trace pour garder son adhérence.

b_2_1.jpg

Mais malgré cela, il faut encore de la puissance dans les jambes, car bon nombre de bikers sont également à pied.  La seconde partie de la côte sera plus roulante.  On enchainera relativement vite sur un single track technique qui nous ferra descendre sur Malonne.  Surtout la fin se montre dangereuse.  Roches humide et la boue transforme cette fin en patinoire où certains préfèrent continuer à pied.  On enchaine par la suite sur une longue côte roulante traversant le bois de Falji.  Après le second ravitaillement, qui tout comme le premier était déjà bien entamé et pauvre,  on continue à travers le bois de la Vequée.  D’abord par un long faux plat, suivie d’une descente courte mais technique avant de retrouver des sentiers plus larges.  Après une descente assez rapide, nouvelle forte côte.  Ici aussi c’est à l’arraché que j’arriverai à la grimper sur mon vélo jusqu’à mi-chemin avant de continuer à pied comme beaucoup d’autres !  C’est la que je me dis que le parcours ressemblent plus à un duathlon.   On continu à enchainer les fortes côtes et descentes, et on ne peut pas dire qu’on avale les kilomètres.  La progression reste tellement lente, que je finirai par bifurquer sur le parcours des 30 km.  Alors qu’on est à nouveau à Malonne, je me dis qu’on arrive au bout de notre calvaire, mais non.  On enchaine encore deux fortes côtes avant d’entamer une descente rapide dans le bois de Faiji.  En bas de la descente, je verrai un panneau « retour facile », mais pas le « retour difficile ».  Pas le choix et je prends donc le retour dit « facile » : Une forte côte sur route, où même ici certains montent à pied !  Parcours très dur, non seulement du à la boue mais aussi du au dénivelé, car sur 30 km on aura tout de même près de 800 m de D+.  Je pense que les organisateurs doivent revoir les parcours « familiale » et mieux approvisionner les ravitaillements.  Seulement 3 bike wash à l’arrivé dont seulement deux étaient utilisable et des douches froides dans un vestiaire minuscule, certains viendront encore à se plaindre du fléchage, mais à ce niveau là, je n’ai rien à redire. (Distance: 30 km; Durée02h39; Moyenne: 11,2 km/h; D+:780m)

11:16 Écrit par Camille dans Rando vtt | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.