01/03/2016

Veldtoertocht, Kalmthout (21/02/2016)

Après la grosse boue d’hier, je mettrai le cap sur la province d’Anvers dont les parcours offre bien souvent très peu de dénivelé, mais beaucoup de single track sur un sol plus sablonneux et donc souvent moins boueux et gras.  Je me rendais plus précisément à Kalmthout, situé au nord d’Anvers.  Arrivé sur place, même si je suis relativement tôt sur place, j’arrive à nouveau à me dénicher une bonne place de parking malgré le monde déjà bien présent.  Aux inscriptions c’est assez calme et une fois inscrit, j’enfourche mon vélo et me voilà parti avec un petit groupe qui va vite gonflé lors des premiers coups de pédales.  Cela permettra de me mettre à l’abri du vent.  Après près de 6 km sur route, le petit groupe sera composé d’une vingtaine de bikers.  Cela me rappellera un peu la sensation de course sur route.  Ensuite on pénètre dans les bois (Kappellenbos) et après 700 m, les premiers sentiers off road.  Et ce bois, on ne le quittera quasi plus.  C’est ici que le groupe explose.  Afin de ne pas être gêner par les bikers moins habile et de ne pas gêner les bikers derrière moi, je m’accroche au premier du groupe.  Très vite notre périple continuera sur un premier single track long de près de 2 km.  Un  vrai régal car non seulement il est légèrement sinueux, mais on à pas trop de boue et il aura par moment tendance à disparaitre dans les hautes herbes.   Après un bref temps de répits sur une route longeant l’aérodrome de Braschaat, on replonge à nouveau dans les single track sinueux.  Le parcours alternera brièvement sentiers larges et singles.  Après un second passage le long de l’aérodrome on repart sur des singles.  Certains seront plus boueux, mais le tout passe bien sur le vélo.  On aura quelques petites buttes de deux fois rien à monter et je dois dire qu’il y a temps de traces et singles qui partent dans tout les sens que non seulement on a envie de tous  les prendre, mais qui aussi donne l’impression que le terrain n’est pas exploité au maximum alors que le parcours est un petit régal.  Après avoir longé les douves du fort de Braschaat, fort qu’on ne verra pas, on longera un chemin de fer aux allures interminables.

a.jpg

Interminables comme les singles qu’on continue à emprunter.  On se mettra à longer les canaux anti-char sur un single plus boueux avant de retrouver un peu de route.  Alors que la chaine a tendance à sauter sur le grand plateau, j’en profiterai d’avoir de l’espace pour vérifier ce qu’il cloche.  Le constat sera vite fait ; le pédalier est desserrer.  Après quelques tour de clef Allen, me revoilà parti sur un sentier qui continue à longé ce canal.  Un canal qu’on longera pendant un bon 3 km.  La première partie se ferra sur un sentier aménager et roulant.  Par contre, lorsqu’on changera de rive pour revenir en sens inverse, on aura droit à un bon single boueux et gras.  Après un petit passage dans un milieu un peu plus urbain, on repart sur des singles qui  nous conduirons vers le ravitaillement situé au km 28.  C’est un peu loin, c’est vrai, et certains bikers iront tout de même s’en plaindre !  Ensuite on rentre à nouveau dans le Kappellenbos où les singles sont vraiment nombreux !  On traversera un paysage un peu plus typique pour la campine mélangeant bois, bruyères et étangs.

20160221_112122.jpg

Après 35 km, c’est le retour sur route direction l’arrivée.  Et avec un petit vent dans le dos, la fin sera vite atteinte.   (Distance: 40 km; Durée: 02:04; Moyenne; 19,3 km/h; D+:50m)

12:47 Écrit par Camille dans Rando vtt | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.