07/01/2016

Vossem MTB Classic, Vossem (13/12/2015)

Il fallait être bien courageux ce dimanche afin de sortir son vélo et d’aller rouler.  Non seulement il fait froid, il pleut, il y a tout de même un peu de vent, bref, pas les meilleurs des conditions, mais l’envie d’aller rouler était trop forte.  En route pour la rando de Vossem et ses 50 km à travers les vallées de la Voer, de l’Ijse et de la Laan, trois petites rivières bien sympathiques.  Alors que la pluie s’est arrêtée.  Arrivé un peu plus tard, comme j’ai encore de la chance, je me trouve une place de parking juste en face des inscriptions.  La pluie s’est entre temps arrêtée lorsque je me lance sur la distance des 50 km.  On quittera Vossem en longeant la Voer sur un petit sentier avant de quitter cette vallée afin de se diriger vers Huldenberg et la vallée de l’Ijse.  Mais avant cela, le parcours se montre vallonné et on s’attaque à notre premier single track.  Légère côte et après un virage à 90°, cela se corse un peu.  Non seulement la pente devient un peu plus raide mais le parcours est un peu plus technique.   Ensuite on traversera essentiellement les champs en empruntant des sentiers plus larges.  Les pavées font également leur apparition et les premiers passages gras et glissant également, notamment ce petit single qui descend dans le creux de la vallée de la Ijse.  Ensuite on s’attaque au Magrijnbos.  Une première côte roulante et large avant de plonger dans un single track à la fois rapide, technique et assez gras.  De quoi bien s’amuser.  Après une longue côte dont la première partie est un single boisée, on retrouvera les champs et chemins plus larges un peu plus loin.  La progression est lente du à la boue et le terrain et entre temps nous voilà sur l’autre versant de la colline et la vallée de la Laan, Rivière qu’on ne verra pas.  Lors de la prochaine côte, mon attention fut attiré par un casque au sol sur le bas côté du chemin de terre qu’on emprunte.  Une fois à hauteur du casque, une stèle commémorative à un vététiste visiblement décédé à l’endroit.  

DSCN0334_1_1.JPG

Je m’arrêterai un instant avant de repartir.  Après une petite boucle dans la campagne, on se rapproche à nouveau de Huldenberg.  Après une descente, on aura droit à un fameux raidillon bien gras où il sera vraiment difficile d’arriver au sommet.  Un peu plus loin, on entame une descente, d’abord rapide et à l’entrée d’un bois, je vois quelques rares bikers à l’arrêt avec un air hésitant.  Moi, je n’hésite pas et me lance dans se single sinueux et gras où je passerai par moment très près de certains arbres, mais ce fut encore une belle petite descente avant le ravitaillement situé le long de la Ijse.  Ensuite on quittera le ravitaillement par un petit chemin de terre bien creusé.  Après une petite descente au début délicat, on se dirige vers Terlanen et la vallée de la Laan.  Ensuite on traverse le Rode Bos et non sans peine, car le début de cette côte qui nous ferra traversé ce bois et raide et technique, mais le passage en vaut vraiment la peine, car c’est un petit bois vraiment joli.  Après avoir traversé Ottenburg, on quitte la vallée de la Laan direction Overijse et la vallée de l’Ijse.  Une vallée qu’on atteindra après avoir traversé bon nombre des sentiers off road à travers champs et une belle descente technique avant de longer l’Ijse.  Ensuit le parcours grimpe à nouveau direction Marnix os.  Ici on a le choix entre facile ou difficile.  Je choisi pour l’option difficile, et je dois dire ce n’est pas menti.  Une belle côte légèrement technique mais surtout rendu difficile par une couche de boue bien épaisse et grasse où il et difficile de rester sur le vélo.  Tout comme deux bikers devant moi continuant à pied, je serai également obligé de mettre pied à terre.  La descente qui suit est technique et parsemé de grosses pierres.  Ne voyant plus grand-chose à travers mes lunettes, je ne choisi visiblement pas la meilleur des traces.  Ma jante arrière tape sur une grosse pierre, et me voilà victime d’une crevaison par pincette.  Pas de bol, de plus que je roule avec un vélo test et une section de roue bien particulière : 27.5+ !   Je n’ai qu’une chambre à aire pour 27.5 en poche, qui a déjà été réparé et donc pas vraiment fait pour cette section de roue.  Déjà rien que pour enlever le pneu, j’ai galéré.  Comme si le pneu collait à la jante et impossible de le défaire.  Après beaucoup de peine, et d’acharnement, celui-ci décide enfin de se décoller.   Avec ca, il n’est pas encore déjanté, ce qui n’était pas une mince affaire, même avec des démontes pneus.

DSCN0338_2_1.JPG

Ensuite je change la chambre à aire et regonfle le tout.  Comme je me doutais, la chambre à aire et trop fine pour ce pneu surdimensionné et la rustine se décolle.  Du coup, je suis à nouveau à plat.  Il me reste plus qu’à coller des patches sur la chambre à aire d’origine.  Le problème, c’est qu’il fait tellement humide que je n’arrive pas à sécher celle-ci, et coller un patch sur une chambre à air mouillé et humide, je crains que ca ne tienne.  Il me reste encore 7 km, et décide donc de les courir.  Après 200 m, je rentre dans une nouvelle zone de « malchance », zone numéroté et placé par l’organisation en cas de problème et avec un numéro de téléphone.  10 plus tard, mon taxi et là.  Dommage pour cette mésaventure.  Beau parcours et un tout grand merci aux organisateurs pour m’avoir dépanné. (Distance: 43 km; Durée: 02h38; Moyenne: 16,4 km/h; D+: NC)

15:45 Écrit par Camille dans Rando vtt | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.